Wild Ass (littéralement “Cul sauvage” pour les intimes) fabrique des coussins gonflables destinés aux motards boulimiques du kilomètre en quête de confort. Wild Ass a profité de mon voyage en Écosse pour me faire tester un de leurs coussins. 14 jours et 6500 kilomètres plus tard, voici ce que j’en pense.

Si vous suivez régulièrement ce blog vous le savez, enfourcher ma bécane et partir rouler pendant 10 heures d’une traite c’est un peu mon passe-temps préféré. Et quand je suis enfermé dans mon casque je gamberge. Je fais chauffer la matière grise et parfois il en sort des concepts un peu bizarres. J’imagine une prépa pour mon V-Strom (au secours…), je m’imagine prendre la route pour des destinations lointaines ou alors je réfléchis à des accessoires improbables (comme rajouter des cales pied sur mes crash bar)… bref, je cogite. Ça faisait longtemps que j’imaginais une sorte de coussin ergonomique pour mieux supporter les kilomètres, et puis Wild Ass m’a proposé de tester leur coussin. Difficile de dire non !

La fiche technique est plutôt alléchante. Wild Ass prétend, graphiques et schémas hyper techniques à l’appui, qu’il suffirait de souffler un peu d’air dans un coussin pour mieux répartir le poids sur l’assise. La sensation d’inconfort qu’on a après une grosse journée de moto disparaîtrait. Autrement dit, si on veut parler de façon moins ampoulée : Wild Ass promet qu’on n’aurait plus mal au cul en descendant de cette putain de selle en bois de merde.

Les coussins Wild Ass s’adaptent sur toutes les motos et sont alors disponibles en trois formes : le Smart pour les customs, le Sport pour les roadsters/GT/trails/sportives et le Pillion pour le passager ou les moto qui ont une selle droite comme les enduro et certains trails puristes. Ces formes sont déclinées chacune en trois finitions, dans l’ordre croissant de confort : polyuréthane, polyuréthane+gel et néoprène. Le modèle que j’ai testé est le Sport polyuréthane+gel, parfaitement adapté à la forme des selles de la plupart des motos.

Avant d’attaquer le test en tant que tel je dois avouer qu’il y avait une question qui m’obsédait : la peur d’être déséquilibré. Le Wild Ass est un coussin gonflable que l’on glisse dans une housse, elle-même sanglée sur la selle. Ma crainte était de rajouter une épaisseur non négligeable et instable à mon assise qui changerait la façon dont je me tiens sur la moto. Voire carrément de perdre l’équilibre.

Les premiers tours de roues avec le Wild Ass sont un peu déroutants, je dois bien l’avouer. On a l’impression de flotter sur le coussin et c’est un peu perturbant. Heureusement, cette sensation d’inconfort disparaît assez rapidement et on s’y habitue très vite. Au pifomètre je dirais que la position de conduite est réhaussée d’environ 5 millimètres, soit quasiment rien du tout.

Si la sensation d’inconfort persiste il faudra regarder du côté du gonflage. Je crois qu’on a tous un peu tendance à vouloir gonfler le coussin à fond. Surtout vu que les photos officielles utilisées par la marque pour sa communication nous montrent des coussins limite stéroïdés ! J’ai fait cette erreur au début aussi et le résultat est alors à l’opposé de ce qu’on recherche : inconfort, instabilité et crise de nerfs.

Après discussion avec l’importateur français de Wild Ass (qui aurait été inutile si j’avais pris deux minutes pour lire la FAQ…), j’ai découvert que le meilleur moyen d’évaluer la pression est de mettre le cousin sur une chaise en bois et de le dégonfler progressivement jusqu’à ce que l’on commence à peine à sentir le bois. Et ça marche ! Cette petite astuce permet d’avoir déjà une idée de la sensation recherchée, et d’affiner ensuite sur la moto.

Vu que j’ai été littéralement greffé au Wild Ass pendant 2 semaines j’ai bien eu le temps d’analyser mon ressenti. De le tordre dans tous les sens, de le disséquer et de le digérer pour vous le condenser dans cet article.

En réalité une fois qu’on s’y est habitué au Wild Ass, on ne le sent pas. Il n’y a pas d’effet “wahou” dès qu’on s’assoit dessus. Ceux qui s’attendent à sentir une caresse délicate sur leurs petites fesses risquent d’être un peu déçus. Donc on ne le sent pas. Mais c’est justement l’effet recherché par le Wild Ass.

Le premier jour de notre voyage en Ecosse, Adrian (le Motard Bionique) et moi avons enchaîné 1150 kilomètres d’autoroute pour faire Paris-Edimbourg dans la journée. Après 12 heures de route je me suis rendu compte d’une chose étrange : je n’avais mal ni aux fesses, ni aux jambes et ni au dos. Mieux encore : je me sentais bien, à l’aise, frais et dispo à chaque pause ! Alors que d’habitude lors des longs trajets je peste contre les crampes et le “Malokuku”. En arrivant à Edimbourg nous étions même encore assez frais pour partir arpenter à pieds les rues de la ville pendant 3 heures sans aucun problème.

L’épreuve du marathon sur voie rapide est remportée haut la main par le coussin Wild Ass, mais pouvoir enchaîner des milliers de kilomètre d’autoroute est très loin d’être un argument suffisamment sexy pour me convaincre… Qu’en est-il vraiment en condition de roadtrip, dans le feu de l’action, quand on bouffe de la petite route ? Encore une fois, je constate que le Wild Ass assure sa mission et se fait totalement oublier. Il joue son rôle à merveille et on ne sent plus de douleurs. Par ailleurs, je ne ressens absolument aucune gêne lors de la conduite sur les petites roules à virolo ni lors des quelques arsouilles qui ponctuent nos journées…

A la fin du voyage nous avons totalisé 6500 kilomètres au compteur en roulant 10 à 12 heures par jour. En deux semaines nous avons donc dépassé la moyenne annuelle du motard lambda (si on en croit les statistiques diffusées dans la presse) et tout ça sans avoir mal aux fesses un seul instant. L’effet Wild Ass ne se remarque pas quand on s’assoit dessus mais plutôt quand on en descend.

Il est extrêmement compliqué pour moi d’écrire un test sur un produit qu’on ne sent pas. Alors je me contenterai de vous le résumer ainsi ainsi. Notre voyage en Ecosse n’aurait pas été le même sans Wild Ass, c’est certain.

Les coussins Wild Ass sont ultra efficaces pour améliorer le confort d’une moto et ils sont de bons représentants de cette catégorie d’accessoires qui deviennent vite indispensables pour voyager quand on a la bougeotte, au même titre qu’une selle confort.

Par ailleurs (et vous remarquerez ici ma transition exceptionnellement brillante), beaucoup de motards que j’ai croisés pendant mon test m’ont tous posé la même question : pourquoi choisir un coussin Wild Ass et pas une selle confort sur-mesure ?

Les prix du Wild Ass vont de 110 à 220€. Ce n’est pas un montant anodin, mais Wild Ass est une solution intéressante parce qu’une vraie selle sur-mesure peut facilement coûter deux ou trois fois le prix d’un coussin. Et cette selle restera figée sur votre moto. Alors que le coussin Wild Ass peut être déplacé d’une moto à l’autre et vous ne ferez donc qu’un seul investissement, ce qui peut vite faire de sérieuses économies si vous avez plusieurs motos ou si vous changez régulièrement. A la fin il restera la question du look, des goûts et des couleurs… mais ces choses-là ne se discutent pas.

Lors de ce test j’ai eu l’occasion de tester le modèle basique en polyuréthane avec lequel roulait Adrian. Nous avons donc pratiqué l’echangisme du Cul Sauvage pendant 3 jours et à la fin Adrian et moi étions d’accord. La différence de confort entre les deux modèles est nettement palpable. Après trois jours je n’avais pas de douleurs mais j’avais quand même les jambes un peu plus raides. Le Wild Ass en polyuréthane est déjà confortable, mais son grand frère avec les inserts en gel est clairement un niveau au-dessus. Malheureusement je n’ai pas eu le modèle supérieur en néoprène entre les mains (ni entre les fesses) et je ne pourrai donc pas me prononcer sur la question…

Note coussin Wild Ass Sport polyuréthane+gel
  • Confort du modèle polyuréthane+gel
  • Facilité d'installation
  • Prix
4.7

Verdict

Le coussin Wild Ass Sport polyuréthane+gel apporte un gain de confort important pour les baroudeurs, les boulimiques du kilomètres, ou pour tous les motards du quotidien au fessier délicat. Après un petit temps d’adaptation et de réglage, le gain de confort est radical ! C’est la solution idéale pour ceux qui ne souhaitent pas investir dans une selle confort, qui s’avère souvent plus chère qu’un coussin Wild Ass et uniquement adaptée à une seule moto.


Boutique en ligne Wild Ass France : cliquer ici

Prix du coussin Wild Ass Sport polyuréthane+gel : 190€

Fiche technique :

  • L x l x h : 31 X 31 X 5 cm
  • Gonflage facile à la bouche grâce à la valve
  • Fixation autour de la selle avec les sangles fournies
  • Housse en nylon et polyester extrêmement résistante, souple et auto-séchante
  • Revêtement de housse en vinyle antidérapant en contact avec la selle
  • Housse lavable en machine

 

 

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *