En planifiant mon voyage, j’ai passé des heures à décortiquer les cartes d’Europe pour trouver l’itinéraire parfait. Mine de rien, c’est un sacré casse-tête de partir le plus loin possible quand tu as un temps limité.

Astuce : si comme moi tu es abonné à des pages facebook qui nous fracturent la rétine en publiant des photos des plus beaux endroits de la planète, enregistre-les systématiquement en favori sur Google Maps. C’est ce que je fais depuis plusieurs mois, et quand est venue l’heure de tracer mon itinéraire je n’ai fait que relier des points entre-eux!

Pour tracer mon itinéraire, j’ai décidé d’utiliser My Maps (appli intégrée à google maps) après une première expérience concluante en rando dans les Highlands. C’est un outil gratuit qui permet de tracer tous les détours que tu veux, qui calcule les distances et surtout les temps de trajet estimés.
Et ce dernier point est bien le plus important je pense quand on ne connaît pas les routes, parce que je ne voudrais aller me perdre sur un chemin vicinal au fin fond de la Pologne… ça risquerait de me mettre un peu en retard sur le planning… Ma balade de 4000km sur tous les types de route sera une belle épreuve pour juger de la fiabilité de ces calculs de temps. Rendez-vous au débriefing.

Une fois l’itinéraire tracé, vient la question : comment naviguer durant mon voyage? Et là, il n’y a pas trente-six solutions : mémoriser tout l’itinéraire par cœur (euh…), prendre une carte, ou installer un GPS.

IMG_2140La carte est la solution la plus simple et de loin la plus économique. En plus, après tant d’années de progrès technologique sortir une carte te donne tout de suite l’air d’un vrai aventurier (ou d’un touriste chez Mickey). Quand tu la déplies sur le bord de la route pour trouver ton chemin c’est toujours un moment très classe. Alors qu’en fait t’es juste perdu comme un gland.
Le secret pour naviguer rapidement c’est d’avoir une carte + un roadbook. Pour te retrouver facilement en cas de doute il faut toujours savoir où tu te trouves. Et quand tu es totalement perdu il faut avoir un peu d’expérience pour te retrouver sans trop galérer. Même pas peur.

Je trouve que le GPS a beaucoup moins de charme. C’est vrai que c’est de loin la solution moderne, facile, et les modes routes à virolo et dénivelées sont terriblement efficaces… Mais ça supprime tout risque de se surprendre en se perdant un peu, et ça coûte deux bras et un rein (hors taxes).

IMG_2145Donc pour moi ce sera la bonne vieille carte en papier! Je vais vous prouver qu’on n’a pas besoin d’un GPS à 400 balles, et qu’une carte à 10 euros suffit pour partir faire une balade de 4000 kilomètres. Comme avant quoi.
Pour ça, il me faut impérativement un porte-carte sur le réservoir. J’ai opté pour la sacoche de réservoir SW Motech Ion 3 avec porte-carte intégré (test à lire ici), parce que je suis totalement fan du système de fixation sur le bouchon de réservoir, et que sa forme est parfaitement adaptée à la forte pente de mon réservoir.

Et si je me perds en route, ça fera une histoire sympa à vous raconter…

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *