Mon équipement : côté païlote (1/3)

Je continue sur ma lancée en répondant aux questions que vous m’avez posées sur les réseaux sociaux. Il y aura donc une mini série de trois articles sur mon équipement : le mien, celui de la moto, et ce que j’emmène en voyage. Aujourd’hui on va donc parler de mon équipement de païlote de l’extrême !

1. Le casque : Shoei Hornet-ADV

shoei hornet adv

Je roule depuis un an et demi avec un Shoei Hornet-ADV (retrouver mon maxi-test : ici) et avant ça je roulais avec un Shoei GT-Air (maxi-test : ici). Même si je n’ai pas testé toutes les marques de casque j’en ai essayé pas mal… Et je dois dire que je n’ai pas trouvé mieux. Le Hornet-ADV est plus bruyant que le GT-Air mais il est tout aussi confortable.

On a tous une forme de crâne particulière donc personne n’aura le même ressenti face à telle ou telle marque. Par exemple je sais que je ne peux pas porter de casque HJC, sous peine d’avoir une migraine horrible au bout de quelques minutes.

J’utilise un intercom Cardo Scala Rider Q1 pour écouter la musique ou discuter avec ma passagère préférée. Le Q1 n’est plus distribué aujourd’hui.

2. Veste

Au quotidien quand j’arpente le périph’ je porte une veste DXR Roadtrip. C’est du pas cher mais c’est solide (testé et approuvé lors de mon accident) même si les coutures des patchs de velcro sont fragiles. Je suis parti en Ecosse avec un ensemble DXR Roadtrip (neuf) et je regrette vraiment ce choix car il n’est pas vraiment étanche. Heureusement qu’il n’a presque pas plu car sinon ce voyage aurait été un calvaire.

Pour cet hiver je vais à nouveau ressortir mon blouson RST et le combiner avec la veste chauffante KEIS J501 (voir le test : ici).

J’en profite aussi pour vous annoncer que j’ai enfin de vrais habits de lumière. Un truc de bogoss, digne d’une couverture de magazine : une tenue Rev’it Defender Pro. Du Gore-tex, une gueule de baroudeur et un doux parfum d’aventure vendue sur catalogue. Le prix est totalement indécent mais la qualité est là c’est vraiment flagrant !

Rev’it Defender Pro

On peut très bien se passer d’une tenue pareille. Je suis limite en train de m’excuser d’avoir acheté ça…! Mais après avoir avalé pas loin de 100 000km sur ces dernières années je dois dire que j’ai vraiment ressenti l’intérêt et même le besoin d’investir dans ce genre d’équipement… Je n’aurais jamais pu me le permettre sans l’aide de mes parents. Merci à eux, cœur avec les doigts, <3 <3 <3

4. Les gants

Je viens d’acheter une paire de gants Rev’it Sand 3. Ce sont des gants été. Je dois vraiment être le seul idiot qui achète des gants été alors que l’hiver pointe le bout de son nez… Mais c’est comme ça !

Pendant 4 ans j’ai roulé avec des gants Furygan en textile mais j’ai fini par me rendre compte que la protection était insuffisante. J’aurais sans doute pu trouver des gants d’été Furygan à la hauteur des Rev’it Sand, mais vu que je ne suis rien de plus qu’une victime de la mode il fallait rester cohérent avec le reste.

Rev’it Sand 3

Pour l’hiver, j’utilise des gants Furygan Vent Sympatex (voir le test : ici). Je compte les remplacer très prochainement… Ils ont un défaut absolument insupportable à la longue : l’eau s’introduit pas la manchette et il est très compliqué de les cacher à l’intérieur de la manche. Furygan a sorti une nouvelle génération de ces gants mais je ne les ai pas testés.

5. Le pantalon

C’est mal, je l’avoue, mais au quotidien je porte très rarement de pantalon de moto. Ca m’a déjà valu une grosse égratignure mais je continue. Au fond je suis vraiment un con.

En plus je n’ai pas d’excuse parce que j’ai un sur-pantalon Rev’it Hercule. C’est le deuxième que je possède. Il est indestructible et pas cher. Le premier a survécu à deux accidents (celui-là et celui-là) avant de se déchirer. Ce sur-pantalon n’est pas étanche mais il protège de la pluie et du vent malgré tout. Il y a des emplacements pour mettre des protections de genoux… mais évidemment je ne l’ai pas fait, parce que je suis un con.

Rev’it Hercule

Lors de mon roadtrip en ex-Yougoslavie j’ai porté un sur-pantalon Furygan Lynx. Un des fermetures zippées s’est cassée. C’est un problème récurrent que j’ai souvent rencontré sur les équipements Furygan. Je ne jurais que par cette marque avant mais c’est malheureusement fini…

Pour aller avec ma veste Rev’it Defender Pro, j’ai évidemment pris le pantalon.

Rev’it Defender Pro

6. Les bottes

Paradoxalement, bien que je ne porte que trop rarement de pantalon pour mes trajets quotidiens je ne me sépare (presque) jamais de mes bottes. Des Sidi Adventure 2. La raison est simple. Après mon accident j’ai mis très longtemps à me remettre de mon entorse à la cheville. Alors j’ai tout simplement choisi les bottes les plus grosses et les plus chères que je pouvais trouver, sans pour autant aller taper dans les bottes d’enduro.

Je ne regrette absolument pas cet investissement. Elles maintiennent très bien la cheville, on peut facilement marcher avec et elles sont dotées d’une doublure en gore-tex. En revanche elles ont un gros défaut… elles couinent ! Les Sidi Adventure 2 font un bordel pas possible à tel point que j’ai désormais le petit surnom de « Kouik-kouik ».

Sidi Adventure 2

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

4 thoughts on “Mon équipement : côté païlote (1/3)

      1. Mmm… éventuellement, on peut s’arranger pour aller perdre ta paire de Kouik Kouik en forêt, tranquillement, à l’abri des regards, et en capturer une autre paire sauvage que tu pourras dresser pour qu’elle se taise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *