Vico Ajaccio Calanches de Piana

Chasse au Soleil #6 : Vico / Ajaccio / Piana

Le temps file à une vitesse… Nous sommes déjà au sixième jour de notre voyage, et le lever de soleil sur le Golf de Porto a quelque chose de magique. Nous avons décidé de passer plusieurs jours dans ce petit coin de paradis. Le programme de la journée est simple : aller à Ajaccio en faisant un (grand) détour par les petites routes de montagne.

Sur la route de Vico

La route entre Porto et Vico est une succession de petits virages de montagne tellement étroites que les voitures ont du mal à se croiser. Et c’est dans ces moments-là qu’on est content d’être venus à moto. Surtout qu’aujourd’hui on roule léger, sans valise ni rien du tout !

Juste après Ota nous arrivons à un petit pont horrible qui enjambe un cours d’eau affreux. La vue à cet endroit est encore pire. J’aurais très bien pu m’arrêter là, ça aurait suffi à ce que je me dise que c’était déjà une très bonne journée… Apparemment il y a pas mal de petits sentiers de randonnée qui passent par là. Je les note pour une prochaine fois ! Si vous le cherchez, c’est juste après le pont Génois de Pianella en venant d’Ota.

Vico Ajaccio Piana

La découverte de la Corse montagnarde

Après Vico, nous rattrapons la route D1 qui nous emmènera quasiment jusqu’à Ajaccio. Pourquoi cette route ? Mes critères sont très simples quand je ne connais pas : je choisis la route qui zigzague le plus sur la carte !

Et alors là pour le coup on n’est pas déçu du voyage. Ça grimpe sec, ça tourne, le revêtement est tout pourri et la route est encore plus étroite que toutes celles que nous avons empruntées. Une fois de plus, le V-Strom avale les kilomètres sans broncher.

Nous ne comptons même plus le nombre de troupeaux de cochons et de vaches que nous croisons sur la route. D’ailleurs ce n’est vraiment pas une légende : il faut se méfier de tous les virages en Corse. Un pot de pâté à l’état sauvage pourrait avoir décidé de se coucher au milieu de la route. Pile à la sortie du virage, sinon c’est pas drôle !

Du figatelu à l'état sauvage

Nous commençons à vraiment nous enfoncer dans la montagne. A un moment nous arrivons dans un tout petit village et nous tombons sur quelques autochtones en treillis en train de discuter. Apparemment très suspicieux, ils arrêtent net leur discussion dès qu’ils nous voient arriver et commencent à nous dévisager (même si c’est pas facile avec le casque !). Nous pouvons sentir qu’ils enregistrent chaque détails (surtout notre plaque) et ne nous lâcheront pas du regard tant que nous n’aurons pas enfin quitté le village. On ne s’attarde pas trop…

Ajaccio, la Cité Impériale

En redescendant de la montagne, la route jusqu’à Ajaccio nous fait l’effet d’une douche froide. Ça bouchonne en traversant une zone d’activité affreuse, jusqu’à ce qu’on arrive enfin dans le centre ville où ça bouchonne encore plus. Pas grand monde ne se pousse pour nous laisser passer en interfile. Du coup ma moto chauffe et nous aussi. Et quand on arrive enfin à se garer sur une vraie place il faut affronter les hordes de touristes qui descendent des bus par paquets de 50.

Heureusement que le centre historique d’Ajaccio vaut le détour. On réussit même à trouver un petit resto corse vraiment sympa qui n’est pas un sale piège à touristes. Mais la visite d’Ajaccio ne me procure pas vraiment de plaisir. Trop de monde, trop de bruit, trop de tout. Je crois que je suis fait pour les coins un peu plus tranquilles. Un peu comme ça par exemple :

Un coin sauvage bien sympa

Le retour par les Calanches de Piana

Pour finir notre boucle, nous rentrons à Porto en longeant la côte par Cargèse et bien sûr par les Calanches de Piana. C’est évidemment un des endroits qu’il faut absolument voir si vous venez en Corse. A l’heure où nous y passons, le soleil est du bon côté pour illuminer tout le granite rose des Calanches. C’est un point de vue tout simplement unique. Au lieu de vous ennuyer avec une ribambelle de superlatifs je vous laisse simplement apprécier la vue.

Les Calanches de Piana

On finit par se dire qu’admirer les Calanches de Piana depuis la mer ça doit vraiment être quelque chose… Ça tombe bien, des sorties en bateau sont organisées au départ du port de Porto à deux pas de notre camping. Demain, c’est décidé, on laisse la moto se reposer !

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *