Test Shoei GT Air – 1 an / 25 000 km

Il y a un peu plus d’un an j’ai vendu mon vieux XJR 1200 tout déglingue pour m’acheter le casque de mes rêves : le Shoei GT Air. Après l’avoir traîné partout avec moi, je vous livre les conclusions de ce maxi-test.

Quand j’achète un équipement de protection vraiment cher c’est toujours un numéro d’équilibriste. D’un côté j’imagine mon banquier en train de briquer son Colt 45, prêt à me dégommer en me regardant avec un un sourire de psychopathe, et de l’autre j’ai la petite voix dans ma tête qui me dit « si tu te pètes la gueule il te faut le meilleur équipement possible ».

Alors forcément, avant de m’acheter un casque à 400 balles j’avais envie d’être sûr de moi. Je pense qu’on fonctionne un peu tous pareil non ?

Je n’avais pas réussi à trouver de véritable test longue durée du Shoei GT Air, je voulais être sûr que le joli casque tout beau tout propre n’allait pas se transformer en citrouille après les douze coups de minuit… Quand j’ai acheté ce casque il y a un an je venais tout juste d’enfiler mon costume de Motarologue. Il sentait le neuf et on voyait encore les plis, comme sur les nouvelles chemises qu’on sort du plastique.

Convaincu qu’il y avait un réel intérêt « motarologuesque » dans un véritable test longue durée, je me suis lancé… En fermant les yeux et en serrant les fesses, un peu comme quand tu sautes du plongeoir pour la première fois.

Alors, un an après ça donne quoi ?  Réponse sur le site Fast&Lucky qui m’a une nouvelle fois ouvert ses portes

> Lire le test <

Shoei GT Air Fast & Lucky

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *