Portraits : Alexandre Despretz, motard de la Police Nationale et auteur

Quand je croise les Motards, j’ai un sentiment tout bizarre au fond de moi. Et je te parle bien des « Motards » au sens premier du terme, c’est à dire ceux de la Police et de la Gendarmerie. A leur égard je ressens toujours un mélange d’admiration et de crainte. Parce que je pense qu’on rêverait tous d’avoir leur dextérité au guidon, et pour la crainte… bref je pense tu que m’as compris.

J’ai donc pris mon courage d’une main, mon clavier de l’autre, et j’ai contacté Alexandre DESPRETZ, Motard de la Police Nationale. Il est également auteur, et tu le connais forcément : il a co-écrit la série de vidéos Caméra Feu Rouge de Lolo Cochet, alias la Pince Noire, avec Lolo et Yann.

Mais Alexandre a aiguisé sa plume bien avant cela. Il a écrit les livres Brèves de Volant (récidivées en 2012) et Les Bonnes Excuses des Mauvais Conducteurs, publiés aux éditions du Cherche Midi (son site) : une compilation des meilleures anecdotes entendues par Alexandre DESPRETZ en 10 ans sur les routes parisiennes et du 93.
Les « brèves » s’enchaînent, et les pages défilent sans qu’on ne s’en aperçoive. Elles sont drôles, souvent consternantes, et donnent l’occasion de réfléchir sur son propre comportement sans jamais être moralisatrices. A recommander à tous les vétérans de la mauvaise foi et des fausses excuses.

Sans hésiter une seule seconde, Alexandre m’a ouvert sa porte et a partagé avec moi sa vision du métier de Motard, des histoires de flic, sa passion pour la moto. Bref, j’ai pris mon pied.
Et pour couronner le tout, j’ai pu parcourir en avant-première les planches de sa BD Brèves de Volant publiée prochainement. Jetez-vous dessus dès sa sortie, elle s’annonce encore meilleure que les livres!

Il a accepté de se prêter à un petit exercice de Motarologie.

Q : Quelle a été ta première moto? Celle dont tu as été fou amoureux? Et celle qui t’a fait le plus mal?
R : 1991, après avoir passé mon code à 17 ans, le plateau moto le jour de mes 18 ans, et je passais la route 7 jours plus tard. J’obtenais mon permis A avec succès. Je faisais déjà de la moto cross depuis 3 ans.
Je travaillais déjà et je vivais chez mes parents. Ce qui m’a permis d’acheter ma première moto à 18 ans et 3 mois… Une Suzuki GSX-R 750 de 1991 avec 20 000 kms. J’ai mis un mois avant de me décider à prendre un passager. Ce sont de superbes souvenirs… les sorties du vendredi soir à Vincennes pour regarder les motos, les balades dans Paris et en Île-de-France, les sorties sur le circuit Carole et les grandes vacances en Bretagne… Cette moto a été pour moi la certitude d’être passionné par les deux roues.
Depuis, j’ai eu 16 motos, toutes différentes (hyper sportives, Super Motard, Routières, Roadster, Trail, mini-moto…). Si je pouvais, j’en aurais 3 ou 4 différentes suivant mon humeur.
– Celle qui m’a fait le plus mal, au cul ou au coeur?
Au cul, c’est le Honda XR 600 Super Motard ou le KLX 650 Kawasaki ou encore TTE 600 Yamaha SM mais qu’est-ce que c’est fun le SM… Et le plus mal au cœur, c’est sans doute mon Honda 750 VFR qu’on m’a volé ou mon YZF 750 qu’on a tenté de voler. Il me manquait la roue avant et la moto était posée en équilibre sur une batterie…

Q : Question qui fâche : BMW ou Yamaha ?
R : Cela ne me fâche pas! Toutes les motos sont toutes excellentes à partir où on les utilise dans de bonnes conditions, et qu’on respecte ce pour quoi elles ont été construites. Partir dans le sud avec un 125 SR c’est moyen, tout comme faire le coursier en Kawa 1400…
les + BMW : confort, protection, souplesse, prise en main, le couple, la consommation d’essence ridicule, équilibre des masses, la routière polyvalente que l’on peut utiliser en patrouille en ville ou sur autoroute.
les – BMW : prix, la fiabilité avant l’arrivée des 1200… l’empattement mais très utile pour être bien protégé. L’entretien chez BMW qui fait mal (je dis ça car j’ai eu un 1200 RT).
Les + YAMAHA : La fiabilité, le look sport pour une GT, l’allonge du 4 cylindres.
Les – YAMAHA : le poids, le confort, la béquille centrale, la garde au sol dans les belles courbes, la consommation d’essence élevée, les boites de vitesses fragiles, la maniabilité, la fourche, l’amortisseur trop souple, et la protection insuffisante avec la bulle d’origine.
Pour conduire ou « piloter » un 1300 FJR Yamaha, il faut quelques kilomètres au compteur pour être à l’aise. Mais cette moto n’est pas faite pour circuler entre les voitures en ville. Elle est faite pour les grands espace, et pour surveiller les Go-fast !
Bilan: BMW pour tous les jours avec la musique si possible, et Yamaha pour l’A6 !

Q : Accepterais-tu de partager une petite technique secrète de motard professionnel?
R : Oui, j’invite les motards à s’entraîner sur un parking, en traçant au sol deux traits à 15m d’écart, et d’effectuer une course. Mais pas taquet… une course de lenteur! Le principe est de faire cirer l’embrayage et d’utiliser le frein arrière pour tendre la moto. Ceci permet d’acquérir un bon équilibre et de garder les pieds sur la moto. C’est une technique utile en ville quand vous souhaitez remonter jusqu’au feu, et passer devant les capots des voitures. Très utile pour faire demi-tour quand on a peu d’espace.  On voit souvent des motards avec les jambes écartées, et les pieds qui traînent par terre..
Je n’apprends rien à personne : une moto se conduit au regard, avec les appuis sur les repose-pieds, ma moto bien serrée entre les cuisses. Et un peu au guidon tout de même!

Q : Et une petite anecdote inédite qui n’est pas dans un de tes livres?
R : Suite à un accident matériel entre deux automobilistes, nous passons à proximité durant notre patrouille.
Un des automobilistes nous fait signe et souhaite nous poser une question: « Bonjour messieurs, je viens d’avoir un accident avec des Roumains, je voudrais savoir si leur assurance est propre ou sale ? »
et
Cette famille en voiture circulant sur la BAU (bande d’arrêt d’urgence) avec un gyrophare bleu allumé sous le pare-brise.
Lors de son audition, le conducteur déclarait : « J’ai un gyro parce que les autres automobilistes font n’importe quoi! Avec mon équipement, je roule sur la BAU quand c’est bouché, je fais ça pour ma sécurité et celle de ma famille. »

Liens :
– Site internet d’Alexandre DESPRETZ
– Pré-acheter la BD Brèves de Volant
– Acheter Brèves de Volant (Fnac)
– Acheter Brèves de Volant 2012 – la Récidive (Fnac)
– Acheter Les Bonnes Excuses de Mauvais Conducteurs (Fnac)

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *