Portrait : Yann Marian, comédien et motard

1-1Yann Marian est comédien, et motard. Si son nom ne te dit rien mais que tu as déjà entendu parler de Lolo Cochet, sa tête doit te dire quelque chose!

Tout comme moi, tu as pu le découvrir grâce à ses apparitions dans les vidéos de Lolo : le client pressé du Taxi MotoGP, le vendeur de 600 Diversion au moteur qualif’, le dealeur de GPS Tomtom, ou encore en pilote de R1 du Contre-Bol d’Or. Yann Marian est également co-auteur et acteur de la mini-série Caméra Feu Rouge, avec Lolo Cochet et Alexandre Despretz (dont je t’ai déjà parlé ici).
Il joue aussi sur scène son one-man show « Yann Marian fait des gueules« , tous les samedis à 18h au théâtre les Feux de la Rampe, à partir du 9 janvier. Yann fait défiler ses personnages sur scène, en allant de l’écolo-bobo au militaire reconverti, en passant par un ex qui reste ami. Même si la formule est connue, j’ai rarement autant ri à un spectacle! A voir absolument!

Quand je l’ai contacté pour lui proposer de se faire tirer le portrait, Yann m’a donné rendez-vous en pleine après-midi dans un hôtel style années 30. Inquiet, je lui ai demandé s’il comptait me pécho et Yann m’a répondu « t’inquiète, c’est pas loin de la rue Saint Denis et le gérant est un ami… ». J’étais pas vraiment rassuré… En arrivant à l’adresse indiquée, bonne surprise : Yann m’avait donné rendez-vous au bar de l’Hôtel Providence, très classe, à deux pas de la porte St Martin.

Je vais être franc, j’ai souvent eu du mal avec les comédiens que j’ai pu côtoyer. Certains continuent à jouer un rôle même lorsqu’ils ne sont plus sur scène, et c’est insupportable pour moi de ne pas savoir à qui j’ai vraiment à faire. Mais avec Yann je n’ai pas du tout eu ce sentiment. En face de moi j’avais un mec d’une gentillesse et d’une sincérité déconcertantes, venu pour qu’on apprenne à se connaître et pas du tout pour s’écouter parler de lui-même pendant 2 heures. Et comble du summum de la cerise sur le gâteau : il conduit une Yamaha XT660X, toute noire. J’en rêvais quand j’étais ado.2-1

Yann m’a confié qu’il a une relation particulière avec sa moto, il y est extrêmement attaché. Par exemple, après l’avoir garée le soir il doit systématiquement poser sa main au-dessus du phare. C’est sa façon d’entretenir leur « bonne étoile », comme il dit. J’ai pris l’habitude depuis quelques mois de demander à certains motards de m’improviser un speech pour me convaincre de leur racheter leur moto. Et pas simplement d’acheter la même, sinon c’est trop facile! Et bien je n’ai pas même pas eu de début de réponse de la part de Yann, j’ai immédiatement vu dans son regard que le seul fait d’y penser était un vrai déchirement!
Yann a commencé la moto à 14 ans avec le cross et l’enduro, ce qui explique pourquoi il roule encore avec une moto du même genre montée en supermotard. Mais sa vraie passion c’est le MotoGP, et les courses de 24h telles que le Bol d’Or ou le Mans. Et pas seulement les fêtes foraines autour!

A son tour, il a accepté de se prêter au questionnaire de Motarologie :

Q : Quelle a été ta première moto? Celle qui t’a fait le plus mal? Et celle dont tu as été fou amoureux?
R : La vraie première vraie moto que j’ai eue était une YZ de 94, que mon père m’a achetée quand je faisais du cross. C’était magique, c’était ma première histoire d’amour avec une moto. Comme elle était homologuée j’ai pu rouler avec mon père en enduro. Et c’est aussi celle qui m’a fait le plus mal : elle m’a cassé la clavicule sur un mauvais rebond après un saut, la veille de ma première course. J’avais 16 ou 17 ans. On est quand même allé à la course le lendemain, pour voir un pote qui roulait… Il y avait mon nom inscrit au départ, mon numéro, mais la moto était dans le camion et j’avais le bras en écharpe. J’avais les boules…
Avec les motos, j’ai eu deux grosses histoires d’amour. Après la YZ de 94, mon père m’a acheté une YZ de 97 toute neuve. J’avais un feeling fantastique avec cette moto. Elle était bleue à l’origine, et après on l’a démontée entièrement pour la refaire en version hurricane. J’avais aucune appréhension quand je sautais avec. Et puis je suis passé à la route, et il y a eu la XT660X que j’ai encore. Elle est associée à beaucoup de bons et de mauvais souvenirs, et je la prends pour aller aux castings, sur des tournages, et ma chérie m’a aidé à la payer au début… Elle est chargée de symbolique, j’adore cette moto. Elle fait partie de mon quotidien je fais tout avec, ce n’est pas juste un outil pour aller du point A au point B.

Q : Ton meilleur souvenir en moto c’est quoi?
R : Question difficile, il y en a plein… Je me souviens de moments magiques passés avec mon père, grâce à la moto, où on roulait tous les deux en enduro et où il m’a dit des choses importantes. Plus récemment, j’ai passé un super moment quand je suis allé au Bol d’Or avec Lolo Cochet. Avec toutes les choses géniales qui m’arrivent en ce moment, je passe rarement du temps seul, mais là j’ai pu partir avec la R1 à 200 bornes du Castelet.  J’ai adoré conduire cette moto, elle faisait un bruit de dingue… Et sans vouloir faire de pub, je suis passé par des routes fabuleuses grâce au Tomtom et le mode routes sinueuses. Et le Bol d’Or au Castelet ça m’a rappelé des souvenirs d’enfance quand j’y allais avec mes parents : les grillons, le parfum de cette région, les mecs qui roulent toute la nuit et que t’entends à 20km… Les courses de 24h c’est vraiment une autre ambiance. La moto c’est une partie de moi, c’est beaucoup de souvenirs, d’émotions, et de rencontres.

Q : Une question pour le comédien : comment ça se passe pour toi aujourd’hui?
R : Les choses s’accélèrent pour moi en ce moment, il se passe beaucoup de choses positives. J’adore jouer mon one-man show. Quand t’as envie de monter sur scène tu le fais et c’est tout, c’est ça qui me plaît. A côté de mon spectacle, je fais aussi d’autres choses. Dernièrement on a fait un sketch pour les diplômés de l’école 42 avec Romain Sitzia et Guillaume Faure, on a aussi tourné une vidéo de Noël avec Alex Huez et Annabelle Nakache (à voir ici). Il se passe plein de choses, et j’ai aussi la chance que Lolo Cochet m’appelle régulièrement.

Q : Comment as-tu rencontré Lolo?
R : Comme beaucoup, je connaissais ce qu’il faisait avec Moto Journal à l’époque. Quand j’ai vu sa vidéo sur le Grand Prix de France en 2010 j’ai adoré, et je l’ai contacté pour lui dire que s’il avait besoin d’un comédien il pouvait me contacter. Pourtant je ne suis pas opportuniste, mais je l’ai senti comme ça. Et Lolo m’a répondu,  il m’a posé plein de questions. Il s’intéressait à moi, j’étais pas habitué à ça avec le monde du spectacle. C’est quelqu’un de très humain, de généreux, il s’intéresse vraiment aux autres. Et il m’a proposé de jouer le client dans la vidéo du Taxi MotoGP. On est resté en contact, il m’a rappelé pour participer à certaines de ses vidéos, et il m’a présenté Alexandre Despretz pour qu’on écrive des sketchs sur la moto. Ca a donné Caméra Feu Rouge.
Lolo est un bosseur de malade qui s’investit énormément dans ce qu’il fait, et c’est hyper intéressant de le regarder travailler. Je ressors grandi de chaque tournage avec lui, il véhicule un message positif et ce qu’il est dans la vie se ressent à l’écran. C’est fantastique de pouvoir participer à ses vidéos, à côté de mon spectacle, ça me permet de combiner ce que j’aime : la déconne et la moto.

Q : Est-ce que t’aurais un petit truc, ou un conseil de conduite à partager?
R : Ce qu’il faut faire à mon avis c’est chercher le regard des autres sur la route, ça permet d’apprendre beaucoup de choses. Plus personne ne traverse sur les passages piétons, il y a aussi ceux qui téléphonent au volant etc… Rien qu’avec le regard tu peux anticiper certains comportements. Tu vois vite quand un mec cherche une place, ou s’il ne sait pas trop où il va par exemple. Dans ce cas-là faut se méfier du grand coup de volant qui peut arriver à n’importe quel moment. Il faut rester vigilant, concentré, et ne penser à rien d’autre qu’à la conduite.

Billetterie en ligne pour le spectacle de Yann Marian : lien BilletRéduc

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *