Le plus important c’est pas la chute #1

J’ai décidé de peaufiner mes techniques de cascadeurs jour après jour. Mon nouvel objectif est de savoir combien de fois je peux me péter la gueule avec le V-Strom avant de le casser définitivement. Et aujourd’hui j’ai rencontré un petit papy aussi bigleux qu’agaçant, mais soucieux de m’aider à mener à bien cette petite expérience.

On dit que nos trajets quotidiens sont les plus dangereux parce qu’on prend des mauvaises habitudes fatales. A Paris c’est pas ça. Ici le danger ce n’est pas l’itinéraire connu, mais ceux qui empruntent ton itinéraire sans savoir y rouler. Avec le temps on finit par se conformer à une sorte de code tacite qui fait de toi un vrai conducteur parisien. On se déteste tous les uns les autres mais on changerait pour rien au monde. C’est notre petit truc à nous, ça fait notre charme. Et notre pire ennemi c’est généralement le gentil petit automobiliste en goguette qui ne sait pas comment rouler dans ce flot incessant de circulation qu’est notre bel enfer parisien.

Parce que oui, rouler à Paris c’est technique. Faut regarder dans les rétros de temps en temps, checker son angle mort avant de déboîter, et je te parle même pas des priorités à droite sur le périph’… Mais le pire, je te le dis, c’est que l’interfile y est officiellement autorisée depuis quelques mois. Tout ça, c’est technique. Enfin non pas vraiment, parce qu’en fait tout ça normalement tu l’as appris à l’auto/moto-école hein. On va pas se mentir, avec les années on a tous tendance à zapper un chapitre ou deux… Sauf qu’à Paris, respecter les fondamentaux ça peut vite devenir une question de vie ou de mort.

Et en parlant de respecter les fondamentaux, ce matin j’ai croisé le chemin d’un papy bigleux qui s’est apparemment fâché avec les rétroviseurs de sa belle bagnole. Je roule tranquillou bilou dans l’interfile comme tous les jours pour aller au boulot (surtout depuis que les voies sur berges sont fermées il y a encore plus de bouchons – merci Anne). Pas trop vite, pas crispé. J’aurais envie de te dire « détendu » mais quand tu frôles à quelques centimètres des bagnoles pendant 25km on peut pas trop utiliser cet adjectif-là non plus…

BIM ! Le papy il déboîte pour changer de file pile au moment où j’arrive. Pas le temps de freiner mais je crois que je le fais quand même par réflexe. Je tente l’évitement par la gauche (les fondamentaux du permis, on y revient) et ça passe… ouf !

Ah mais non, ça passe pas du tout en fait !!! J’ai cru que j’étais sorti d’affaire mais le papy réussit à choper ma roue arrière. Un quart de seconde plus tard je suis au sol. Je crois que je roule un peu et que je finis par heurter le pneu d’une camionnette avec la tête mais je sais pas trop. J’ai un peu l’impression d’être passé dans une machine à laver géante en mode essorage.

Même pas le temps de me relever que le papy bondit hors de sa voiture. J’ai cru qu’il allait me féliciter pour cette belle cascade si magnifiquement exécutée. Parce que franchement ça devait avoir de la gueule, surtout quand t’es assis aux premières loges. Bah non même pas, quel ingrat ce papy. Le voilà qui m’insulte de tous les noms !!! Il commence par dire qu’il m’a pas vu, et puis finalement j’arrivais trop vite. Je croyais qu’il m’avait pas vu, alors comment il peut savoir à quelle vitesse j’allais ? Faudrait savoir. Bizarrement quand je lui fais remarquer y’a plus de son plus d’image.

J’immortalise la scène pour mon album souvenir (surtout pour celui de mon assureur). Je la montrerai à mes petits enfants en leur parlant de l’époque où on brûlait du pétrole à tour de rôle en fonction du numéro de nos plaques pour faire genre, mais qu’en fait on regardait surtout des concours de pâtisserie à la télé pendant que la banquise fondait à vue d’œil. Et j’leur dirai qu’c’était le bon temps tu vois.

En tout cas j’ai la preuve formelle sur photo que le mec a déboîté et m’a percuté à cheval sur deux files, et ma trace de freinage prouve ma trajectoire d’évitement. Maintenant je croise les fesses et je serre les doigts pour que ça passe. Au pire, me dis-je, je suis assuré tout risque avec une toute petite franchise… Alors bon. Tant pis pour le malus si jamais il doit tomber, tant que je ne suis pas piéton ça me va.

Avec tout ça je finis forcément aux urgences, avec un tour gratuit dans le camion qui fait pin-pon. Jour de chance, j’ai dû tomber sur la sortie scolaire des élèves sapeurs pompiers de Paris. J’ai 5 apprentis pompiers qui s’occupent de moi, avec l’adjudant qui fait le prof et les autres titulaires qui regardent. J’en connais une qui aurait été jalouse.

Malheureusement je commence à avoir l’habitude de ce genre de pirouettes et je devine très vite que j’ai une entorse à la cheville. 4h aux urgences et quelques radios confirment mes craintes : entorse légère à la cheville droite. J’ai gagné 3 semaines de béquilles et de repos forcé à la maison. Quand je vois la gueule de mon équipement et mes blessures, je me dis que j’ai bien fait d’investir autant de fric dans un équipement sérieux pour tous les jours. Ma basket Furygan de droite (certifiées CE EPI, test à venir) a tellement bien absorbé le choc qu’elle s’est déchirée et ma peau est … intacte. C’est simple : je n’ai aucune coupure, aucune plaie, aucun saignement. Nada. Walou. Tout ça grâce à mon équipement complet porté au quotidien.

« La moto c’est comme le sexe, sortez couverts ». In Mehdiator we trust.

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

19 commentaires sur “Le plus important c’est pas la chute #1

  1. Pas de gros bobo, c’est l’essentiel.

    Le problème c’est pas tant le touriste en lui-même, c’est d’arriver à l’identifier et avec les nouvelles plaques c’est quasi-impossible. (Mauvais) Exemple : j’habite dans le 06 (sisi, il y a des gens qui y vivent et travaillent là-bas même en dehors de l’été, comme la Corse), dès qu’on voyait du 75 (rare), du 92-93 bref du parigot, on se méfiait. Mais maintenant ils ont tous du 2A ou au contraire les locos (locaux ?) se retrouvent en 92-93 parce que c’est une bagnole de leasing. En plus comme c’est écrit tout pitit, on n’a pas le temps d’identifier la potentialité d’un problème qu’il est devant/sur nous.

    1. Oui j’ai remarqué que tout le monde mettait des plaques corses depuis longtemps, et tout particulièrement dans le sud… ça m’a frappé cet été !
      Et vu que cette partie de la plaque n’est soumise à aucune règle, c’est difficile de se repérer effectivement.

  2. Hello!
    Depuis que je roule dans Paris j’ai aussi appris à me méfier des plaques non-locales, des taxis et fourgonnettes :/ Mais des fois tu y peux strictement rien et paf, plus qu’à remercier l’équipement. Pour moi ce fut une portière farceuse 🙁
    Bon rétablissement !

  3. C’est toujours un peu la galère… mais c’est clair que de nos jours, il est difficile d’identifier les potentiels « provinciaux » sur les routes, surtout dans les bouchons…
    Mais, au final, avec tous les « parisiens » sur leur téléphone, je finis par me méfier de tout le monde….
    Et en ce moment, ça glissouille de surcroît….
    Ce matin, c’était un bon trajet, je ne me suis fait couper la route que 2 fois… Et à chaque fois je fais un signe, et à chaque fois, les conducteurs hausse les épaules….

    On est pas encore bien calé sur l’inter file autorisé… qui implique que les automobilistes doivent modifier un chouilla leur comportement aussi….
    Et ça, le changement, ils n’aiment pas…

    Mais la situation s’est quand même bien améliorée quand je repense à la situation 4 ou 5 ans en arrière.

    Mais, il y aura toujours celui « qui n’a pas vu », « qui est désolé, mais on a rien à faire là », « qui jure que le motard roulait trop vite, et que donc il n’apparaissait pas dans son rétro avant qu’il déboîte »… etc…

    Le principal c’est que tu n’ai « qu’une cheville un peu en vrac », et que le reste aille plutôt bien mis à part le tracteur…. :=)

    1. Oui je crois que le message sur le fait que l’interfile est autorisée a du mal à passer. C’est toujours compliqué de faire comprendre ça à l’assureur, mais heureusement j’ai mon courtier qui est excellent et qui m’aide bien là. On verra la suite.

  4. rageant, mais vaut mieux que cela se termine comme cela plutôt que dans le coma…. au fait, en parlant du sens Civique de notre papy rageux… c était pas les plaques paires le 8/12 ??? 😀

  5. T’as pas pensé un instant que la mamy t’avait repéré et qu’elle a décidé papy de t’embrocher pour récupérer ton 06?
    Heureux que tu t’en sortes pas trop mal, t’es toujours avec nous, on peut rire et sourire, juste une petite pensée pour ceux qui n’ont pas eu la même veine dans leur malheur.
    D’un vieux qui a plus de copains au cimetière qu’au bistro.

    1. Oui j’estime que je m’en sors très bien, j’ai pas grand chose au final. Enfin on est jour 3 et les courbature me font un mal de chien, ça y est

  6. Hello !
    j’ai appris pour ton accident grâce à ta réponse à mon commentaire sur YT…
    Le jour où je récupère une moto après mon accident, c’est toi qui publie ton ticket …

    En effet l’équipement je peux également en témoigner … Il te sauve …
    Perso je me suis fais percuté à l’arrêt par une vieille dame qui s’est sûrement trompée de pédale (entre 20 et 30kmh)…. Après avoir heurté son capot et été projeté 4m devant la voiture devant moi … j’ai atterris sur le dos.
    J’en suis sorti totalement indemne… excepté un certain choc psychologique d’un bon mois….

    Merci la dorsale à 170e, le casque à 400e, les chaussures à 150e…etc. Bref, l’équipement faut pas voir à l’économie…
    V l’ami ! Remets toi bien !!

    1. Oui l’équipement est un véritable investissement utile. Mais à l’avenir je ne pense pas remettre de basket de moto à vrai dire, à cause du manque de rigidité et de protection contre la torsion. Mon entorse est plus grave que ce qu’on pensait et je m’en serais bien passé….

  7. et tu t’es pas dit que tes baskets kéké de merde sont quasi certainement à l’origine de ton entorse ?

    faut vraiment que vous vous fassiez mal pour que votre cerveau se mette en marche…

    1. Je sais pas d’où tu sors toi, mais ta mère serait sans doute fière de voir comment tu parles aux gens. Et bien non, mes baskets ne sont certainement pas à l’origine de mon entorse. C’est mon accident en fait qui est à l’origine de mon entorse. T’es un petit génie toi dis donc.

      Les baskets ne sont pas d’une grand utilité en cas de torsion de la cheville, mais elles m’ont parfaitement protégé contre l’abrasion. Mais c’était un risque assumé pour pouvoir aller au boulot sans me changer en arrivant. Je ne referai peut-être plus ce choix.

      Allez, sans rancune. Bisous

      1. Je suis venu ici par ton billet suivant, sur la réponse de ton assureur qui te déclare non-responsable. C’est la moindre des choses, heureux pour toi. Sinon je sur-plussoie ce passage : « J’immortalise la scène pour mon album souvenir (surtout pour celui de mon assureur). Je la montrerai à mes petits enfants en leur parlant de l’époque où on brûlait du pétrole à tour de rôle en fonction du numéro de nos plaques pour faire genre, mais qu’en fait on regardait surtout des concours de pâtisserie à la télé pendant que la banquise fondait à vue d’œil. Et j’leur dirai qu’c’était le bon temps tu vois. »

        J’aime ton style, vraiment.

        Tu permets que je laisse ma carte de visite ? http://www.roadtrippeur.com/comment-pas-faire-connard-moto/

        V

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *