Le plaisir simple des routes de Dordogne

1500m de virages ça peut te faire sourire… Mais c’est toujours ça de plus qu’à Paris ! Les routes de Dordogne, c’est un petit plaisir simple qui n’est pas apprécié à sa juste valeur. La route ondule tout doucement entre les forêts et les centaines d’étangs, et il est parfois bien difficile de trouver une ligne droite dès qu’on sort des grands axes… Ca tombe bien, ce n’est pas du tout ce que je suis venu chercher !

Le vert est partout. Tout le temps. Ca me rappelle le sud de l’Angleterre… et on comprend vite pourquoi les British appellent ce coin le « Dordogneshire ». Même les routes de Dordogne ont un peu de ce flegme anglais. Ca tourne gentiment, tout le temps, patiemment, jusqu’à t’emmener à un étang qui cédera ensuite sa place à une nouvelle série de virages. Et encore, et encore, et encore.

Faut pas être pressé en Dordogne. Il faut savoir se traîner la teub rouler sur le couple pour ne pas se faire surprendre par une plaque de gravier, vomie au pire endroit possible par une DDE toujours soucieuse du travail bien fait. Et puis aussi faut dire qu’il y a tellement personne dans le Périgord Vert que c’est vite la panique dès que tu croises un autre conducteur. Le doute est palpable, même chez les locaux. Est-ce qu’on roule à gauche ? Les priorités à droite ont-elles été abolies ? Ce panneau de stop a-t-il été oublié là par erreur ? 

Bref, en Dordogne faut prendre son temps. C’est le seul moyen de profiter des paysages simplement et modestement sublimes, et d’apprécier les petites routes totalement improbables. Parfois, au hasard d’une bifurcation, tu te retrouves sur une route minuscule, pas plus large qu’un chemin sur lequel on aurait posé par erreur des morceaux de bitume entre deux touffes d’herbe. Pendant quelques centaines de mètres, tu ne sais plus du tout où tu es.

La Dordogne c’est plein de petits endroits comme ça, suspendus hors du temps, sortis tout droit d’un bouquin. D’ailleurs, je suis sûr que Tolkien pensait à la Dordogne quand il a imaginé la Comté. C’est vraiment unique comme ambiance. Ce n’est pas aussi spectaculaire qu’une belle route panoramique de montagne, qui reste pour moi le summum du porno-motard. Mais les routes de Dordogne c’est un joli jardin où on peut faire une promenade à moto à se faire péter les mirettes, et sans regretter une seule seconde d’avoir sorti le casque du placard.

Ces premiers petits virages sont une remise en jambe parfaite pour ce qui nous attend demain. Car oui… demain on reprend les choses sérieuses. Il est grand temps de retourner limer les cales-pied du V-Strom et de virer quelques couches de gomme superflues au coin des pneus. Demain, on retourne rouler en montagne !

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

2 commentaires sur “Le plaisir simple des routes de Dordogne

    1. Il a fait beau mais c’était changeant… J’ai attendu quelques minutes qu’un gros nuage se barre pour prendre la photo. Et encore, elle est encore un peu sombre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *