Ma petite escapade dans le Morvan #2

Deuxième et dernier jour de ma petite escapade dans le Morvan. Il est 7h quand j’ouvre les yeux et le soleil se lève à peine. Dehors, tout est recouvert de givre… Ça va piquer.

Étant totalement incapable de faire une grasse matinée, j’ai dû me résoudre à essayer d’y trouver quelques bons côtés. Et ce que j’adore c’est sortir me promener au petit matin. Ça a toujours un petit côté… magique.

Alors chacun son truc, mais depuis que je suis gamin j’ai toujours eu une vraie passion pour les ruines gallo-romaines. Donc c’est pas pour rien si j’étais aussi motivé pour venir dans le Morvan…

Après m’être catapulté hors du lit je cours jusqu’au théâtre romain d’Autun et je m’assois dans les gradins. J’arrive juste à temps pour le spectacle : j’assiste aux premiers rayons du soleil se posant sur les collines brumeuses, en face. Et ce spectacle il est rien que pour moi ! A ce moment-là je ne peux pas m’empêcher de me demander combien de personnes se sont assises à cette place depuis 2000 ans… Je divague, mais c’est pas grave puisque j’ai le temps.

Je fais un petit tour rapide dans Autun et je repars. Direction le Mont Beuvray, un autre site archéologique unique. On y trouve les ruines de Bibracte, une ville gauloise, et d’un monastère perchées à 800m d’altitude.

Mais ce qui est complètement dingue c’est qu’on peut grimper là-haut avec la moto ! Je ne suis pas sûr que ce soit ouvert à tout le monde au pic de la saison touristique… Mais en tout cas quand j’arrive la barrière est levée. Je ne me fais pas prier et je fonce.

La route minuscule grimpe à pic et zigzague sur la colline. L’ascension n’a absolument rien d’extraordinaire, si ce n’est la surprise qu’elle recèle. J’ai l’impression que ça ne s’arrêtera jamais et une fois en haut… quelle vue !

Le pire c’est qu’il n’y a absolument personne. Une fois de plus je suis tout seul. Tout ça là, les ruines, la vue, le silence c’est rien que pour moi. Je suis incapable de me souvenir de la dernière fois où j’ai vraiment été tout seul comme ça… Ça fait un bien fou.

Après m’être bien explosé la rétine, je trace en direction de Château-Chinon parce que je veux y voir la fontaine réalisée par Niki de Saint Phale. Manque de bol, elle est à sec donc c’est juste tout pourri. En même temps en plein mois de février tu me diras que c’était prévisible hein… Tant pis.

Je repars cette fois-ci vers le Saut de Goulou. Sauf que cette fois ça pue l’embrouille. Il n’y a personne. A croire que tous les morvandiaux se sont passés le mot pour ne pas me croiser ! J’suis sûr qu’il y a un complot contre moi c’est pas possible… D’ailleurs durant tout le weekend j’ai pas croisé grand monde. A cette époque de l’année les routes sont désertes, les restos et tous les trucs à touristes sont fermés. Je crois que j’ai dû parler à 2 ou 3 personnes durant tout le weekend, max.

Au fur et à mesure que les kilomètres défilent je me rends compte que je retrouve de plus en plus mes sensations… Faut dire que les routes du Morvan aident bien aussi. C’est pas de la route de montagne mais ça tourne un peu, beaucoup, à la folie. A croire que les mecs qui ont tracé les routes étaient un peu motard sur les bords… Enfin peut-être pas tous. Parce que de temps en temps tu te rends compte qu’il y a un mec un peu fourbe qui a décidé de jeter une poignée de graviers en travers de la route, histoire de te vérifier si t’es bien attentif.

Et au bout d’un moment vient le moment inévitable où t’es trop en confiance. J’ai l’habitude de dire que c’est précisément quand tu te sens fort qu’il faut lâcher les gaz parce que c’est à ce moment-là que tu vas faire une connerie. Ouais bah ça a pas raté hein. C’est pas le tout d’avoir des belles phrases rangées au fond de sa poche… encore faut-il s’en servir.

En repartant du Saut du Goulou, je déboule un peu trop fort dans un virage un peu trop serré. Je fais un magnifique tout droit que je rattrape in extremis. Bref c’est pas passé loin et ça aurait vraiment été très con !

Ma dernière étape se fait à Vézelay. Un joli village fortifié perché tout en haut d’une colline. J’en fais deux fois le tour et je commence à réaliser que… la prochaine direction à prendre sera celle de la maison. Alors je traîne, je zigzague, je flâne au guidon du V-Strom dans les vieilles rues pavées. Je fais une boucle autour de Vézelay pour mieux l’admirer et je me résous enfin. Ce weekend touche à sa fin et il est temps de rentrer à la maison…

Histoire de boucler la boucle et de faire le plein de la moto sans devoir vendre un rein, je décide de repasser par Avallon. Sur la route, un dernier panneau me tend les bras… “Avallon par la vallée du Cousin”. Les petites routes qui serpentent le long des petites rivières, je crois bien que ce sont mes préférées. Après avoir abreuvé le tracteur, je réajuste mon col et c’est parti pour 2 heures d’autoroute. Direction Paris.

En reprenant le métro le lundi matin je me dis que j’ai bien fait de sacrifier un peu de mon temps en délaissant la moto pour mes trajets boulot-dodo. Grâce à ça j’ai pu me faire 900km de balade, j’ai passé un weekend génial et j’ai bien rattrapé le temps perdu ! Maintenant reste plus qu’à savoir quelle sera la prochaine destination.

Alors, à deux heures de Paris on fait quoi ?

En résumé…

  • 900km au pifomètre
  • 96,47€ d’essence
  • 74€ d’hôtel
  • 2 jambon-beurres et 1 gros McDo

À voir

  • Avallon par la vallée du Cousin
  • Lac des Settons
  • Saut du Goulou
  • Mont Beuvray
  • La route derrière le château de Menessaire
  • Autun et les vestiges gallo-romains

Le roadbook

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

5 commentaires sur “Ma petite escapade dans le Morvan #2

  1. Mais ça donne presque envie ton trip ^^. Avoir laissé la moto la semaine doit pas être facile, mais du coup tu passera moins au garage pour les réparations… Pas de la moto hein :/

      1. Tu fais pas si bien dire… Le choses vont se tasser dans quelques mois, et crédit sur le dos, je vais pouvoir m’y mettre sérieusement. Qui sait, ptre bien que ça commencera en Juin ?

  2. Salut Vincent et merci pour ton récit et tes photos. Cela fait longtemps que je veux faire un tour dans le Morvan, et à chaque fois, il y a un truc qui me fait repousser le projet, mais ces quelques lignes me confortent sur l’idée qu’il va falloir aller y poser mes pneus un de ces quatre.
    J’aime bien ta façon de partager ta balade, en y laissant la trace de ton itinéraire, et les détails. J’ai un peu la même démarche, si tu cherches des balades vers le Nord de Paris, j’en ai quelques une sur mon Blog.
    Bonne route à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *