Le Parc National du Durmitor

L’étape d’aujourd’hui a quelque chose de spécial. Et pour deux raisons. Nous allons traverser le Canyon de la Piva et le Parc du Durmitor, qui sont la raison pour laquelle j’ai voulu trainer mes roues jusqu’ici. Et aussi parce que…. nous n’irons pas plus loin. Une fois arrivés au bout nous ferons demi-tour pour rentrer doucement à Paris.

Pour attaquer ces deux gros morceaux, la Piva et le Durmitor, je voulais être bien frais alors je nous ai trouvé un petit camping au bord de l’eau à la frontière entre la Bosnie et le Monténégro. Sur les derniers kilomètres, la Bosnie nous gratifie encore une fois d’une belle route pourrie, après Foča. La qualifier de gravel road serait bien trop d’honneur. Mais le pire c’est pas cette route… c’est le chemin jusqu’au camping. Une pente à 10% en gros cailloux avec un V-Strom chargé à bloc monté en pneus route c’est une expérience plutôt sympa !

Après une bonne nuit de sommeil nous y allons enfin. Le Monténégro ! Encore plus beau que dans mes rêves, le Canyon de la Piva me fout une énorme claque. C’est tellement magnifique ! C’est une explosion de lumière et de couleurs. Ca contraste tellement avec les paysages presque désertiques de Bosnie que je reste bouche-bée devant le spectacle.

Et ce qui devait arriver arriva… PEB doit nous quitter. Il doit rentrer plus tôt que nous et malgré tous les calculs tordus que nous avons fait jusqu’à très tard dans la nuit, la réalité est cruelle. Nos routes (de retour) se séparent au pied du Parc du Durmitor. J’essaie une dernière fois de le convaincre de venir même si je sais que c’est peine perdue.

Dommage pour lui… il rate un bon gros pétage de rétine en règle !!! C’est hallucinant ! Je roule au ralenti pour avoir le temps de graver chaque paysage dans ma mémoire, et à chaque virage je suis comme un gosse. Je dis plus rien, je suis comme sonné. Anaïs me demande si l’intercom fonctionne. Oui oui ça marche. En fait je prends une grosse claque dans ma gueule là !

Les quarante kilomètres de route dans le Parc du Durmitor sont les plus dépaysants que j’ai parcourus depuis le début de ce voyage ! Ca commence par un enchaînement d’épingles à flan de falaise pour sortir du Canyon de la Piva, puis tu traverses d’immenses prés de fleurs avec les montagnes gigantesques en arrière-plan. T’en prends déjà plein les yeux mais ce n’est que le début. La route monte doucement et les virages sont gentillets…

D’un coup, au détour d’un virage pourtant banal, tu atterris en face de ça :

Mon gros problème c’est que face à des paysages comme ça je pourrais passer la journée à faire des photos mais je n’avancerais pas vraiment (c’est aussi pour ça que j’utilise ma GoPro). Mais face à tout ça j’ai du mal à m’en empêcher…

A force je sais que vous allez finir par vous dire qu’à chaque nouvel article j’ai l’air de découvrir la plus belle route du monde. Je sais… Mais c’est plus fort que moi. Je les aime toutes. Un jour, je vous ferai une carte avec mes routes préférées en Europe. Promis.

Nous entamons ensuite notre descente jusqu’au point le plus éloigné de notre roadtrip, celui après lequel nous prendrons la route du retour. Dans un ultime sprint je pousse le plus loin possible : Shkodër, en Albanie.

Le Monténégro me semblait beaucoup plus familier mais en entrant en Albanie j’ai la même impression de « far east » qu’en Bosnie. Un passé figé cohabite avec une soif de modernité clairement assumée. Mais parfois ça crée des situations assez inédites, comme par exemple ce mec en gros Quat’Quat’ Audi se fait couper la route en plein rond point par une mamie promenant trois vaches au bout d’une corde !

A partir de demain il va falloir se mettre sur le retour… Il reste encore 8 jours de voyage mais j’ai déjà une nouvelle obsession : revenir et pousser encore plus loin vers l’est.

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Un commentaire sur “Le Parc National du Durmitor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *