L’interfile

Pour tous les motards urbains qui font moto-boulot-dodo, l’interfile est devenue une sorte de 6ème sens. Faut pas se le cacher, si on prend la moto pour aller bosser ce n’est pas pour le plaisir du bitume, c’est pour son côté pratique qui permet de gagner du temps.

Avant d’oser me lancer, je me disais qu’il fallait être suicidaire. Mais un jour où j’étais en retard pour aller au boulot, je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la moto et de me jeter dans l’interfile si j’espérais arriver à l’heure… En m’apercevant du temps que je gagnais, je n’ai plus jamais mis les pieds dans ces espaces conviviaux et d’une propreté exemplaire que sont les transports en commun.

Mais combien de temps gagne-t-on exactement? J’ai donc fait ma petite expérience de motarologie, sur une partie constamment bouchée de mon trajet quotidien. J’ai parcouru 4,8km en 6’14 » grâce à la circulation en interfile. En règle générale, quand je fais cette même portion en voiture il me faut plus de 20 minutes.
Grâce à l’interfile, je divise donc par 4 mon temps de trajet. Si vous avez un autre ratio, n’hésitez pas le partager en commentaire.

Généralement, il n’y a pas de problème lors de la circulation en interfile. Les automobilistes laissent suffisamment de place pour permettre aux 2-Roues de passer, mais de temps en temps on peut tomber sur mon petit chouchou : le conducteur qui ne laisse pas passer ces punks en 2-Roues, voire qui nous bloque carrément le passage, parce qu’il n’y a pas de raison qu’on puisse passer et pas lui! C’est le mec qui a des principes, et ne pas les respecter lui causerait une souffrance physique intense. Ce sont généralement les 5 mètres les plus longs de ton parcours quotidien.

2015_1020_082316_004.MOV.00_11_10_13.Image fixe003

Les règles de l’interfile?

En l’état, circuler en interfile est illégal, et théoriquement passible de nombreuses amendes au titre des contraventions cumulables suivantes : dépassement par la droite (-3 points), non-respect des distances de sécurité (-3 points), changement de file sans indication préalable, et peut-être même une vitesse excessive eu égard aux circonstances. Ca coûte aussi cher qu’un petit séjour de vacances, le côté sympa en moins.

L’interfile est autorisé et encadré dans certains pays, dont l’Autriche et les Pays-Bas par exemple, et une phase de test est sur le point d’être lancée chez nous sur des voies rapides sélectionnées, avec les règles suivantes :

  • uniquement lorsque le trafic est congestionné (à l’arrêt ou très ralenti),
  • entre les 2 files les plus à gauche,
  • et sans dépasser 50km/h.

Interdiction donc de zigzaguer entre les voitures quand la circulation est plus ou moins fluide, et de se faufiler entre deux voies où la circulation ne se ferait pas dans le même sens.

Quelques conseils pratiques

Je n’incite personne à pratiquer l’interfile, c’est de la responsabilité de chacun de choisir de le faire ou non. Mais je tiens à partager mon expérience, et donner humblement quelques conseils afin d’éviter des situations dangereuses. N’oublie pas que personne n’a été formé en auto-école pour anticiper la présence de motards en interfile.

Tu n’es jamais à l’abri qu’un conducteur change subitement de file sans clignotant et sans regarder dans son rétro/angle mort. Généralement, ces deux choses vont ensemble et constituent le package du Bon Gros Connard de la route. Il n’y a plus qu’à espérer que tu aies le temps de réagir et d’éviter le choc. Avec l’expérience, on apprend à anticiper ce type de conducteur, mais ce n’est pas une science exacte.

  1. Attention aux camions : il y a souvent des espaces libres entre un camion et les voitures qui le précèdent, et les automobilistes en profitent souvent pour changer de file au dernier moment (sans clignotant).
  2. Méfiance aussi lorsque tu suis des véhicules prioritaires (police, gendarmerie, pompiers, samu, …). La tentation est forte de se faufiler derrière une voiture qui fait pin-pon, et qui fend le trafic tel Moïse avec la Mer Rouge. Mais tu n’es jamais à l’abri qu’une voiture se rabatte (sur toi) après, parce qu’il n’aura pas pensé à vérifier si le cortège habituel de 2-Roues suivait derrière.
  3. C’est aussi valable lorsque tu suis un autre 2-Roues en interfile : ce n’est pas parce qu’il est passé que tu pourras passer.
  4. Si tu vois dans ton rétro qu’un autre 2-Roues (qui a dit T-Max et mototaxi?) te colle et s’impatiente, rabats-toi sur le côté et laisse-le passer. Mieux vaut avoir ce genre de conducteurs devant et à bonne distance, que 2m derrière prêt à te rouler dessus en cas de chute.
  5. Et si tu t’impatientes derrière un petit piou-piou qui débute visiblement en interfile, prends 2 secondes pour te souvenir de l’état de ton slip après ton baptême de l’air… avant de faire rugir ton pot déchicané pour lui intimer l’ordre de s’écarter de ta route bordel!
  6. Conseil de PsK : « l’interfile ça signifie rouler entre deux voies et donc sur les marquages au sol. Attention par temps humide, anticiper les freinages et mollo sur le frein avant »

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

6 commentaires sur “L’interfile

  1. Très bon article, je rajouterai un conseil : l’interfile ça signifie rouler entre deux voies et donc sur les marquages au sol. Attention par temps humide, anticiper les freinages et mollo sur le frein avant 😉

  2. Ma première fois en interfile? Sur le périph’, avec un sac sur le dos, une circulation dense, des deux-roues qui me collent derrière et… Mon fichu câble d’embrayage qui me lâche à ce moment précis!!! Ô loi de Murphy, reste loin de moi désormais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *