La Course de Lenteur

Aujourd’hui, travaux pratiques de Motarologie : la Course de Lenteur! L’exercice de maniabilité proposé par Alexandre Despretz la semaine dernière dans cet article.

Le principe : une course en ligne droite sur 15m, où le dernier est le vainqueur. On a tous un pote qui se traîne, et qui sera content.
Le but du jeu est d’utiliser le point de patinage et le frein arrière pour allonger la moto, et gagner en stabilité. Les tricheurs sont ceux qui utilisent le ralenti, et régulent leur vitesse avec l’embrayage.
L’exercice permet d’améliorer sa dextérité au guidon à vitesse très réduite, pour mieux se faufiler en ville par exemple.

Le hasard faisant parfois bien les choses, des membres du forum Motards-IDF organisaient un entraînement de maniabilité le week-end dernier, à l’étang de Saint-Quentin-en-Yvelines. J’ai donc sauté sur l’occasion pour aller tester mon exercice avec eux, et tout le monde s’est prêté au jeu.
Je vais être honnête : j’ai été horriblement nul! A un moment, j’ai même oublié que le but était d’arriver le dernier. C’est dommage parce que j’étais vachement fier de moi sur le moment…
Avec mon gros tracteur de V-Strom, le top-case chargé (je suis un boulet, je sais), pas facile de rivaliser avec les poids plumes sans dévier de mon couloir. Parce que c’est forcément le poids qui joue, pas le talent. Ni la mauvaise foi.
Attention, cet exercice sollicite pas mal la mécanique : l’embrayage, le frein arrière, et il faut garder un œil sur la température du moteur. Une moto n’est pas petit objet fragile, mais ne t’amuse pas à faire ça pendant 1h non-stop.

D’autres ateliers avaient également été mis en place : deux enchaînements de passage de portes et de rotations autour de plots, deux plots pour tourner en « 8 », et un slalom. Ça m’a rappelé les heures douloureuses de mon permis, la peur de casser ma propre moto en plus. Mais à ma grande surprise j’ai passé les différents ateliers comme une promenade de santé. Sans poser une seule fois le pied par terre, et toc! La preuve que Paris n’est peut-être pas une si mauvaise école que ça pour les motards, après tout…

Résultat : l’exercice proposé par Alexandre a passé l’épreuve de motarologie, et est définitivement validé! Il permet de mesurer sa (supposée) dextérité à la cruelle réalité imposée par la gravité.
Ce week-end m’a convaincu de l’importance de s’entraîner régulièrement aux basiques. N’importe quel idiot peut rouler vite en ligne droite, mais c’est avec ce genre d’exercice qu’on mesure vraiment son niveau.

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *