Le sauvetage du XJR 1200, et quelques réflexions post-accident

Pourquoi chercher à tout prix à remettre mon cul sur une carcasse en métal, propulsée par des explosions contrôlées de carburant à l’intérieur d’une boite se trouvant à moins de 30cm de mon entrejambe? Hein, pourquoi?

J’en sais rien. J’ai déjà passé plusieurs années sans rouler à moto, suite à un accident pas joli-joli. Je n’avais pas eu trop de bobo mais j’avais bien flippé. Mais cette fois je ne peux pas revenir en arrière, il faut que je roule. Je ne suis pas du tout en train de te faire le couplet du mec, mèche au vent, qui se sent appelé par le bitume, pseudo-maudit de la route. Non. J’aime rouler, c’est tout. Je rêve de retourner en Ecosse ou en Europe de l’est, au guidon de ma moto, mais pour l’instant je dois me contenter des vidéos de Lolo Cochet, et des aventures du Motard Bionique pour me fracturer la rétine.

Après mon accident, j’ai eu droit au check-up complet à l’hôpital, et ma moto est partie en épave. Je sais très bien qu’un choc n’a pas besoin d’être violent pour te coûter la vie ou la colonne vertébrale. Paradoxalement, bien que je n’ai pas besoin de moto pour mes déplacements quotidiens, ma première préoccupation a été de trouver une nouvelle rapidement.

Et surtout… faut que je bricole! Après une journée passée au bureau devant un ordi, mettre les mains dans l’huile et triturer des boulons me détend le cerveau. La Fazer est une moto facile à entretenir, et la tâche a été d’autant plus facile que celle que j’avais achetée était en excellent état (si vous avez une Fazer et que vous ne connaissez pas le forum motoconnect.com, vous avez raté votre vie).

Sa remplaçante, une XJR 1200 de 1995, fait figure de gueule-cassée à côté : léger poc sur le réservoir, guidon tordu, garde-boue cassé, compteur en sale état, silencieux écrasé, et peinture à l’agonie. Sans parler du moteur, qui est en bon état général, mais qui nécessite des interventions un poil techniques, et les clignotants qui sont invisibles.
J’ai acheté la moto en connaissance de cause, et je lorgnais sur ce modèle depuis quelques temps déjà. Sa réputation de très bonne routière n’est plus à faire, et la fiabilité de son moteur air/huile est éprouvée : il provient de la mythique FJ 1200, et a traversé deux décennies sans avoir vraiment eu besoin d’évoluer. La remise sur pied de cette moto va m’occuper quelques week-ends et satisfaire mes pulsions de Bob le Bricoleur. En la voyant, j’ai beaucoup hésité car elle ne correspondait pas exactement à ce qu’on m’avait promis sur l’annonce. Mais j’ai pu l’arracher des mains d’un mec négligeant, pour la secourir et lui offrir une nouvelle vie.

Et puis elle est rouge quoi. Pas rouge-cagole… mais ce défaut pourrait être corrigé rapidement…

avant

J’ai quelques bonnes séances de roulage en perspective : les pneus bas de gamme sont en bon état mais un peu carrés. Va falloir aller les égaliser, avant de les changer pour quelque chose de plus sérieux. Ca me donnera l’occasion de vous parler bitume.
J’ai roulé 300km pour la ramener, et je l’ai chevauchée quelques fois avant de l’emmener au garage pour sa première séance de rééducation. Il y aura forcément un véritable article détaillé, une fois qu’elle sera toute belle, mais mes premières impressions sont sensationnelles! J’avais beau tourner la poignée, je ne voyais pas le bout des rapports. C’est la première 4 cylindres à boite 5 que je conduis, et l’allonge est impressionnante. Le moteur répond parfaitement et te met un gros coup de pied au cul à chaque accélération. Ajoute à ça une selle d’un confort incomparable avec celle du Fazer, une gueule d’enfer, un vieux moteur à carbu, et tu obtiens la moto dont je rêvais. En juillet 2016, Anne risque de ne pas être contente de me voir arriver au boulot avec ça. Tant pis pour elle.

Heureusement qu’il n’y a pas de carénage de tête de fourche, et que son gros cul (comme le mien, on était fait pour s’entendre) se dandine à chaque virage, ça va freiner mes ardeurs.

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

3 commentaires sur “Le sauvetage du XJR 1200, et quelques réflexions post-accident

  1. Je découvre donc ton blog à travers ce premier article 🙂
    Bon courage pour ta rénovation, hâte de voir le résultat !
    Merci pour ton passage sur ma page 😉
    Je poursuis ma lecture.
    V.

  2. Mais Bobby, je ne te savais pas une telle plume ! Tu es le Verlaine de la moto en fait. Dingue, moi qui n’y connais rien, j’ai tout lu, et même que j’ai aimé. A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *