L’Appel de l’assureur

« Allô m’sieur Motarologue ? Oui c’est votre assureur, c’est pour vous annoncer qu’on vient d’établir votre responsabilité suite à votre accident. »

La nouvelle vient de tomber à l’instant les amis. Je suis officiellement déclaré NON RESPONSABLE de mon accident ! Donc pas de malus, pas de franchise. Rien, nada, walou ! Elle est pas belle la vie ?

C’est une petite victoire pour tous les motards qui se risquent dans l’interfile au quotidien. Sans le décret autorisant l’interfile je me serais au mieux pris au mieux un 50/50 dans les dents.

Donc si ça vous arrive ne négligez pas le compte-rendu à votre assureur suite à l’accident. Il y a des mots-clé à ne surtout pas oublier et chaque mot a son importance. Je ne sais pas si mon compte-rendu est parfait mais en tout cas mon assureur a adoré. Si jamais ça peut vous être utile, je vous mets un copier/coller de mon propre compte-rendu.


– Les parties en cause :

A : moi-même.
B : Renault Megane *********, assurance GMF n°****************
C : Renault Master ********, assurance Macif n°******************
D : Mercedes ****************, assurance GMF n°******************

Malheureusement je ne dispose d’aucune identité. Il faudra se reporter à la procédure de police pour ça.

– Adresse de l’accident : A86 extérieure, sens Créteil vers A4, kilomètre 39, à hauteur de Créteil environ 1km après la station service Total

– Date de l’accident : 08/12/2016 aux environs de 10h ou 10h05

– Résumé de l’accident

Ce jour j’ai quitté mon domicile pour me rendre à mon travail. Exceptionnellement, je commençais ma journée à 10h30 car j’avais pu poser 1h30 de récupération le matin-même.
J’ai emprunté mon itinéraire habituel (Thiais/A68/A4/périphérique/Porte de la Vilette/jusqu’au *************** 75019 Paris). Il y avait des bouchons importants, je circulais donc en interfile en respectant toutes les règles fixées par le Décret n° 2015-1750 du 23 décembre 2015 portant expérimentation de la circulation inter-files.

Je me trouvais sur l’A86 extérieure, à hauteur de Créteil, peu après la station service Total lorsqu’un automobiliste (B) a changé brusquement de file au moment exact où j’arrivais à sa hauteur. Il a surgi devant moi et je n’ai rien pu faire pour éviter le choc.
L’automobiliste B a percuté ma moto avec l’aile avant gauche et le pare-choc avant gauche. Concernant mon véhicule (A), l’impact a eu lieu au niveau de l’aile arrière droite et de mes portes valises (non chargés), à hauteur de la roue arrière. Je circulais à environ 30km/h au moment de l’impact.
Ma moto et moi-même avons été projetés sur le flanc avant-droit et avons glissé sur 2 ou 3 mètres seulement, vu que je ne roulais pas vite. Ma moto et moi-même avons heurté les véhicules C et D qui se trouvaient devant dans le flot de circulation.
Le conducteur du véhicule B est sorti de son véhicule et m’a insulté alors même que je n’étais pas encore debout. Il a fait preuve d’une mauvaise foi inqualifiable. Malheureusement, j’ai demandé à toutes les personnes qui s’étaient arrêtées, mais je ne dispose d’aucun témoin.
J’ai pris une photo quelques secondes après l’accident, où l’on voit mon véhicule A et le véhicule B dans la position exacte où ils se trouvaient. On voit très nettement que le véhicule B empiète sur les deux voies de circulation, et l’emplacement du choc sur son véhicule permet de constater qu’il m’a percuté en bifurquant pour changer de file. Les traces de freinage derrière ma moto permettent de constater ma trajectoire d’évitement, jusqu’à ce que la trace devienne plus large (pneu qui frotte à plat), qui indique l’endroit où le choc a pu avoir lieu.
Mon employeur a été avisé de l’accident de trajet domicile/travail et m’a fait parvenir les documents.
Je vous ai avisé immédiatement après.
La CRS autoroutière de Champigny est intervenue pour l’accident et j’ai été pris en charge par les Sapeurs Pompiers, avant d’être conduit à l’hôpital Henry Mondor à Créteil. Je dispose d’un certificat descriptif des blessures. Pour résumer rapidement : j’ai une entorse bénigne à la cheville droite et des contusions sur tout le côté droit. J’ai 3 jours d’arrêt de travail pour l’instant, qui seront vraisemblablement prolongés par mon médecin traitant car je dois marcher avec attelle et béquille pendant 3 semaines.
Mon véhicule a été pris en charge par *************. L’assistance AXA n’a pas pu faire intervenir son dépanneur car l’accident a eu lieu sur l’autoroute, et s’est chargé de se mettre en relation avec ************* pour la prise en charge.
Je suis le seul blessé dans cet accident.
– Dégâts constatés :
  • mon véhicule A : côté droit presque intégralement rayé et carénage brisé à quelques endroits, fourreau droit de fourche rayé (mais a priori fourche non tordue, j’ai testé la plongée de fourche), clignotants avant et arrière droit brisés, support de top case brisé, top case complètement explosé (GIVI MAXIA), pédale de frein tordue. Le véhicule me semble roulant. Sous réserve de constatations plus approfondies, je n’ai pas pu tout scruter en détails car j’avais le conducteur du véhicule B (et sa femme) sur le dos qui me harcelaient en m’hurlant dessus. Des gens charmants.
  • véhicule B : absolument aucune rayure sur les portières côté gauche, ce qui démontre qu’il m’a bien percuté sur avec le bout avant gauche de son véhicule. Aile avant gauche et pare-choc avant gauche rayés, très peu brisés, et les attaches de carrosserie n’ont pas supporté le choc.
  • véhicule C : percuté au niveau du pare-choc arrière gauche. Le véhicule avait l’air d’être déjà en état moyen, le conducteur m’a dit que j’avais brisé son feu arrière gauche mais je ne saurais trop dire. Il me semble que j’ai glissé au sol  donc vu la hauteur du feu ça me semble peu probable, mais encore une fois je n’ai aucune certitude
  • véhicule D : percuté au niveau du pare-choc arrière droit, traces d’impact
– Mon équipement moto : 
Heureusement que j’étais extrêmement bien équipé, je peux dire merci à mon équipement sinon ce serait bien pire :
  • impact sur le casque (Shoei GT Air)
  • chaussures de moto (Furygan certifiées CE EPI) détruites – la chaussure droite a absorbé le choc et est totalement morte… dommage ces chaussures étaient presque neuves
  • Sur-pantalon de moto (REVIT) troué au genou droit
  • La veste et les gants (homologués) sont légèrement rappés

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

8 commentaires sur “L’Appel de l’assureur

  1. Un rapport très pro ! Bien content que ça finisse comme ça niveau assurance.

    Si ton rapport était sous format électronique, je sûr qu’un lien vers ton article pouvait aider ton assureur… à charger la barque du type en mégane !

    A quand le « Le plus important c’est pas la chute #5 » ?

  2. Contente pour toi. Merci pour ton compte-rendu, ça peut servir à d’autres. Le tronçon où tu as eu ton accident je l’emprunte souvent. Qui sait un jour on va peut-être rouler de conserve ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *