La grosse révision du Tracteur

Avant le départ j’ai toujours cette même montée d’anxiété totalement incontrôlable. Une petite voix dans ma tête me répète « et si je tombe en panne? ». J’imagine ma copine totalement ravie que je lui fasse le coup de la panne au fond de la campagne Bosniaque. Avec en prime un petit tour de manège en dépanneuse et une parenthèse touristique dans un garage miteux tapissé de photos de filles pas frileuses du tout. Alors je me suis retroussé les manches et je me suis tapé la grosse révision du tracteur !

Le V-Strom a ce petit charme de toutes les motos bien carénées. Atteindre le filtre à air est juste une horreur. Quand tu vois le nombre de trucs qu’il faut enlever pour enfin arriver à la boite à air, à chaque fois je lâche un petit « tout ça pour ça bordel ? ».

Et alors si t’es du genre à aimer te fouetter avec des orties tu peux faire comme moi et rajouter des crash-bar. Evidemment, le top du top c’est évidemment de choisir un modèle que tu dois absolument démonter pour enlever les carénages sinon c’est pas drôle. Ah, et si vraiment tu es du genre à aimer la fessée tu peux aussi fixer des projecteurs additionnels dessus. Crois-moi, c’est que du bonheur !

Vu que je suis un mec généreux j’ai partagé ce petit plaisir masochiste avec Xavier, mon Sauveur-en-chef perso. Faut savoir que quand je bricole je parle tout seul, je renverse toujours plein de liquides par terre et généralement je pète un truc ou je me blesse. Les jours exceptionnels je réussis à tout faire à la fois. C’est un poil chaotique mais je m’en sors pas trop mal en général… Et Xavier m’ouvre toujours sa porte malgré tout… Il doit avoir un p’tit côté maso lui aussi !

Une fois le démontage fini, c’est l’heure de la première bière. Ça nous permet de faire le tour de tout le boulot qu’on va se taper et de prendre une bonne gorgée de motivation ! Filtre à air, plaquettes, nettoyage des freins, vidange du liquide de refroidissement et du liquide de frein, refaire un branchement électrique… Rien de compliqué mais il y a déjà de quoi s’occuper une bonne partie de l’après-midi déjà !

Et le clou du spectacle : le démontage de l’amortisseur ! On s’en fait généralement tout un monde de la partie cycle, mais au fond c’est pas plus dur que le reste à démonter. A vrai dire, avec Xavier on a moins galéré à démonter l’amortisseur qu’à accéder au filtre à air ! Enfin j’ai dû abandonner un ongle et quelques grammes de dignité au passage avec cette histoire d’amortisseur, mais l’un comme l’autre finiront par cicatriser.

L’amortisseur était clairement le plus gros chantier de mes préparatifs. Faut dire que le V-Strom va souffler ses 14 bougies et a déjà galopé pas loin de 85 000km, soit plus de deux fois le tour de la Terre. Tout ça avec un amortisseur d’origine qui est donc totalement rincé. Je veux même pas voir la tronche de l’huile et des joints à l’intérieur…Du coup j’ai tout misé sur Formule Top pour le reconditionnage de mon amortisseur ! Vu leur réputation et le professionnalisme absolument flagrant dès le premier coup de fil, j’ai pas hésité une seconde.

Ça me coûte un petit bras (et un ongle) mais c’était absolument vital de faire refaire l’amortisseur avant de partir.

 

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *