Chasse au Soleil #1 : le grand départ !

Ça fait des semaines que je trépigne d’impatience et c’est enfin le jour J ! Nous sommes le 4 juin, la Seine est au pic de sa crue et il y a des inondations partout. A tel point qu’on se demande si on ne va pas devoir faire les premiers kilomètres à la nage…. Je suis bien content de quitter ce décor de fin du monde pour mettre cap sur les Alpes !

Sur la route des vacances…

Après mon aller-retour en Pologne en solo un mois plus tôt, cette fois je ne pars pas seul. J’emmène Anaïs avec moi, alias « ma passagère préférée », pour son premier voyage à moto. J’ai également réussi à enrôler un collègue de bureau copain, Lucas, qui nous accompagne quelques jours avec sa Tiger 800 XCx fraîchement rodée.

Pour ces vacances, j’ai tout prévu au millimètre depuis des mois. Au programme : 15 jours sur les routes des Alpes au départ d’Annecy en passant par la Suisse, l’Autriche, et l’Italie avec notamment le mythique col du Stelvio. Un petit interlude romantique de deux jours à Côme avant de tracer dans la vallée d’Aoste, et de finir les vacances vers Nice en rattrapant la route Napoléon.  L’itinéraire est tout tracé, les étapes délimitées, les visites repérées. Les campings sont réservés, les valises sont chargées jusqu’à ras bord avec les 15 paires de chaussures de madame tout le nécessaire pour être le plus autonome possible. J’ai un petit côté psychopathe de l’organisation, je sais… 

Une fois les motos abreuvées en café et les pilotes gavés de sans-plomb 98 (ou l’inverse), il est temps de mettre les voiles. Mais comme la météo nous gatte de son plus beau crachin, nous ne sommes pas du tout motivés pour emprunter les petites routes ! Bizarrement. Nous allons donc au plus direct en prenant l’autoroute, pour arriver le plus rapidement possible avant d’attaquer dans le bois dur dès le lendemain.

Après deux semaines de pluie et d’inondation nos yeux avaient fini par s’habituer à l’obscurité quasi-constante. Tellement que nos retrouvailles avec le soleil, après avoir passé Mâcon, sont particulièrement violentes ! J’ouvre mon blouson jusqu’au nombril, les aérations du pantalon, je cherche en vain une triple-visière solaire sur mon casque… décidément mon corps n’est pas du tout habitué à l’été ! J’en profite aussi pour prendre mon premier coup de soleil des vacances, en plein sur la nuque façon vanille/fraise. Le bronzage motard par excellence.

L’autoroute c’est vraiment une plaie à moto, mais les longs viaducs vers le lac de Sylans sur l’A40 me rappellent de vieux souvenirs des vacances. Je n’y suis pas passé depuis très longtemps et ça me fait tout drôle…

Annecy : point de départ idéal pour se faire les Alpes à moto

camping moto annecy

Lucas nous a choisi un petit camping à deux pas du lac d’Annecy pour la première nuit, et avec une belle vue sur les montagnes. A cause de la météo digne d’un mois de novembre bien énervé, il n’y a presque personne et nous avons donc carte blanche pour choisir notre emplacement !

Le premier déballage de tout notre paquetage est un peu brouillon. On est un peu empoté, et on n’arrive pas encore à monter la tente rapidement. Puis vient le temps du vrai débat essentiel. Nous analysons longuement l’inclinaison du terrain, la course du soleil, de la densité des brins d’herbe pour être sûr de bien dormir… Enfin tout ça c’est bien beau mais Lucas a oublié l’essentiel : son matelas et son duvet sont restés à Paris ! Il est déjà 18h30 donc pas de temps à perdre. Ni une ni deux, nous sautons sur les motos pour filer au plus vite au Décathlon du coin !

Ce petit problème réglé, nous en profitons pour faire quelques stocks de nourriture au supermarché du coin avant d’aller nous ruiner rouler quelques jours en Suisse. Et mine de rien, c’est assez technique de faire des courses pour 3 jours de moto/camping. Il faut miser sur des aliments peu encombrants, faciles à préparer avec un réchaud, nourrissants et à peu près sains tout en évitant les produits frais.

« L’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage »

platine cale pied fendue v-strom

Mais voilà, acheter des conserves de raviolis et des fruits secs m’a mis dans un tel état d’euphorie que j’en oublie l’essentiel. Je commets l’erreur de base en oubliant de retirer le bloc-disque avant de redémarrer et là… c’est le drame. En un claquement de doigts la moto finit par terre, et moi avec… Je la relève aussi vite que possible pour la scruter de A à Z. Et gros problème : la platine de mon cale-pied est fendue presque jusqu’à la vis ! Vu son état, elle pourrait céder à la moindre secousse…

Je me sens tellement idiot! Je suis furieux contre moi-même… et à deux doigts de me décourager. Tant pis il va falloir que ça tienne, parce qu’il est hors de question de faire demi-tour maintenant ! J’attends ce voyage depuis tellement longtemps que même si je dois finir le voyage à cloche-pied je le ferai !

Bien que je sois vexé à mort par ma connerie, nous profitons d’être à Annecy pour aller faire un tour au bord du lac. Mais alors que je commence à me remettre de ma cascade, un énorme orage éclate un peu plus loin dans la montagne. Je connais un peu le coin donc je sais que nous devons partir dans cette direction demain… J’avais pourtant vérifié la météo avant de partir, mais les prévisions ont changé.

On nous annonce désormais du sang, des larmes et de la sueur des pluie diluviennes et des orages dantesques sur tout notre parcours pour les 10 prochains jours…

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *