J’ai récupéré le V-Strom… et maintenant j’en fais quoi ?

L’histoire aura duré 2 mois, jour pour jour. Je suis tout excité de le récupérer et je crois bien que je ne parle que de ça depuis mon accident. Pourtant, quand je remonte enfin en selle j’ai carrément la trouille. Je mets le contact et j’appuie sur le bouton magique. Crac, le V-Strom démarre au quart de tour. On aurait du mal à croire qu’il vient de passer 2 mois dans le froid à l’arrêt. Je passe la première et je m’élance… Ça y est ma poule, c’est reparti !

Les premiers kilomètres sont vraiment laborieux. Heureusement qu’aucun de mes potes n’est là pour me voir, c’est vraiment horrible. Je connais ce V-Strom par cœur et pourtant j’ai l’impression d’être sur la moto d’un autre. Elle étais si dure que ça la manette d’embrayage avant ? Ça n’a jamais été un cheval de course mais je ne me souvenais pas que le moteur répondait aussi vite. Le grognement du gros v-twin m’avait manqué mais je chie tellement dans mon froc que je suis incapable de profiter de l’instant !

Pour la première fois de ma vie j’ai une fourche entièrement révisée, fraîchement sortie de l’atelier. Les imperfections de la route ne me cognent plus les bras, à tel point que je suis à la limite de regarder si ma roue avant touche bien par terre ! C’est fluide, tout passe en douceur… le pied ! Enfin ça a quand même un énorme inconvénient d’avoir une fourche fraîchement refaite : je comprends une bonne fois pour toute que mon amortisseur arrière commence à être rincé !

Le trajet jusqu’à chez moi est un étrange mélange entre mes vieux réflexes de parigot intrépide et d’appréhension. C’est une sorte d’ascenseur émotionnel totalement schizophrène ! Mon trouillomètre fait des bons et passe de 0 à 100 en moins d’une seconde (plus fort que la H2R !). 25km assez sur-réalistes mais voilà. On y est. La moto récupère enfin la place qui est la sienne dans mon garage. 2 mois que j’attendais son retour et pourtant… demain je reprendrai le métro pour aller au boulot.

Pourquoi ? Comme je vous l’ai dit, deux mois c’est long et j’ai eu plein de temps pour réfléchir.

Je dois préserver le V-Strom. J’ai énormément de projets en tête pour mon blog cette année et mon accident a pas mal retardé tout ça. Et cette pause forcée m’a fait réaliser une chose très simple : pas de moto = rien à raconter sur mon blog. Ce serait extrêmement stupide de devoir annuler mon roadtrip de l’été prochain tout simplement parce que je me serais planté sur le périph’ à nouveau. Et hors de question d’aller faire comme certains la manche 2.0 avec des cagnottes en ligne pour racheter une moto en cas de pépin.

L’essence que je ne brûlerai pas en allant bosser, je l’utiliserai pour partir faire des petits roadtrips à la cool et beaucoup plus fréquents. Mes trajets boulot/dodo représentaient 50km aller-retour. Soit 250km par semaine, ou un peu plus de 1000 par mois. Vu la consommation de la bestiole, ça représente environ 150€ d’essence par mois rien que pour aller bosser. Ça commence à faire non ? Mon budget n’étant pas extensible à l’infini et vu que je n’ai jamais touché un centime pour créer mon contenu, le seul moyen de développer davantage de projets est d’utiliser mon fric différemment.

J’ai donc décidé de rouler autrement et de ranger mon costume de motard roule-toujours, pourfendeur de l’interfile, et vengeur masqué du Pot-Qui-Fume. C’était un choix extrêmement compliqué à faire parce que prendre le métro pour aller bosser double (voire triple) mon temps de trajet quotidien mais je le vis bien. Enfin presque.

Je débuterai prochainement une petite série de vidéos sur mes petites escapades. Je vous rassure tout de suite : ce ne sera pas du vlog de feu rouge.

Je vais développer ça avec l’aide précieuse de mon nouveau patron esclavagiste… Mes premières vidéos risquent d’être laborieuses au début mais je m’en fous !

Bref, si je réussis à faire un quart de ce que j’ai en tête ce sera déjà énorme. Et ça vaut vraiment le coup de perdre du temps tous les matins dans le métro, croyez-moi. Je vous expliquerai tout ça en détails en temps voulu parce que je ne voudrais pas me porter la poisse d’ici-là. Si tout se passe bien je vais attaquer tout ça fin février ou début mars alors restez attentifs !

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

6 commentaires sur “J’ai récupéré le V-Strom… et maintenant j’en fais quoi ?

  1. Courage l’ami ! C’est difficile les quelques premières semaines mais ça revient vite !

    Top pour le nouveau boulot ! Assez impatient de voir ça ! 😀

  2. Bonjour, très heureux pour toi que tu ais récupéré ta V. Je suis assez d’accord avec toi, sur le fait de faire le trajet boulot en métro, le periph, c’est du grand n’importe quoi. A bientôt pour tes nouvelles aventures.

  3. Eh bien, en 2004, après une chute et quelques dégâts matériels qui m’ont privé de moto quelques semaines, et ne pouvant me résoudre ni aux bouchons en voiture ni à la foule des transports collectifs, j’ai découvert les joies du vélo boulot dodo. Pour des trajets inférieurs à 10 kms, je le recommande à tous ! J’économise 5000 kms par an, ne subis pas le stress des embouteillages, entretiens ma condition physique et me caille en hiver comme en moto 🙂 Bref, je bénis cette chute car sans elle, je n’aurais même pas eu l’idée de laisser la moto pour me rendre au boulot. Tu as su, toi-aussi, donner du sens à ta chute, c’est là le plus important pour bien se remettre en selle… Amitiés motocylcistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *