Gros coup de fatigue sur la route en Croatie

La soirée à Krk a été superbe mais la nuit s’est transformée en un vrai cauchemar… Musique à fond de minuit à deux heures du matin quelque part dans la ville, accompagnée d’une fanfare de bébés pleureurs dans les tentes voisines (logique). Du coup on n’a pas fermé l’oeil de la nuit. Reprendre la route le matin est très compliqué… et même dangereux.

Aujourd’hui on voulait aller au parc de Krka, connu pour être absolument magnifique. Sauf que les 5 heures de route deviennent vite un calvaire.

Au départ, nous suivons la route de côte de Croatie et je peux maintenant vous dire que sa réputation n’est vraiment pas exagérée : la vue est magnifique.

Mais faut pas non plus oublier son autre réputation, qui est tout aussi vraie… Ca n’avance pas et on s’emmerde vraiment ! A un moment on finit par se prendre des énormes rafales de vent dans le coin du casque et qui font dévier les motos. Ca accélère encore plus la fatigue et nous finissons par craquer. C’en est trop.

Du coup, je demande à Tomtom de nous trouver une route alternative et nous voilà parti vers l’intérieur des terres. On grimpe dans les montagnes, on enchaîne des jolis virages sur des routes pas trop fréquentées. Bref, c’est déjà mille fois mieux ! Mais la fatigue est bien là et le sommeil me tend les bras. Il me drague même. Ca devient très très compliqué de tenir mais bon… comme on dit : on ne peut pas s’endormir en moto alors j’ouvre la visière et j’avance.

Faux ! Complètement faux et archi-faux ! Je crois que j’ai fait un micro-sommeil les yeux ouverts et j’ai bien failli faire un joli tout droit dans un virage. Je me ressaisis, et deux virages plus loin ma conduite part complètement en cacahuète. Bon allez, stop. Il faut que j’arrête les conneries c’est bon.

Il nous reste 180km de petites routes jusqu’à Krka mais c’est plus possible. PEB aussi fatigue. Anaïs n’en peut plus non plus. Alors on arrête les frais. Tant pis pour l’étape à Krka, on se trouve un camping dans le coin et on DORT…

Et là, comme quoi le hasard fait bien les choses : on est à 20km du parc des Lacs de Plitvicka. Il y a pire comme endroit pour s’effondrer de fatigue !

En tout cas ce que je voulais surtout vous dire, c’est qu’il ne faut jamais penser qu’en moto on est à l’abri de la fatigue et de l’endormissement au guidon. Pour moi, c’est une bonne leçon sans frais, je m’en sors bien. J’ai tendance à vouloir rouler comme un abruti pendant des heures et des heures sans m’arrêter. J’ai l’habitude de le faire et c’est comme ça que j’aime faire de la moto. Mais au bout de deux semaines de voyages et une nuit presque blanche, faut pas jouer.

Tant pis pour le programme qu’on s’était fixé pour le roadtrip. On aura peut-être pas le temps de voir tout ce qu’on voulait voir. Mais là il faut vraiment qu’on fasse une vraie pause.

Et se reposer en vacances parfois ça a du bon !

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *