Le chat noir Slovène

PEB nous a rejoint hier soir en Slovénie et je crois qu’il a pris ma crevaison de l’extrême comme un défi. Il était obligé de faire son malin… alors il a rien trouvé de mieux que de faire exploser son roulement de porte-couronne. Dans le genre panne épique au beau milieu de nulle part tu peux difficilement faire mieux ! Mais heureusement les Slovènes sont adorables. Et pour les rencontrer rien de mieux que de tomber en panne ! PEB, le chat noir Slovène ou comme on dit ici (selon gogole) : Slovenski črna mačka.

Je ne sais pas qui est le plus poisseux mais je crois qu’on forme une sorte de « dream team ». Enfin, version grosse lose quoi. Donc pas trop « dream » mais bon t’as saisi l’idée. Parce que franchement, faire exploser son roulement de porte-couronne et le porte-couronne au passage… j’avais jamais vu ça encore !

Enfin je tire mon chapeau à PEB parce qu’il a su tout de suite se mettre dans le ton du voyage. On va loin, sur des bécanes qui ont 15 ans, et on tombe en panne comme des gros loseurs. C’est l’aventure, la vraie (ou pas), celle qui coûte pas cher et qui pue la sueur (surtout après avoir poussé la moto en plein soleil).

Mais je crois que PEB, au fond, il a un bon karma. Parce que de toutes les routes pourries et perdues au fin fond de la Slovénie, il a fallu qu’il tombe en rade devant chez Rudolf. On a rejoué le film 100 fois dans notre tête et on est d’accord : ce scénario catastrophe n’aurait pas pu mieux finir.

Rudolf, c’est l’ange tombé du ciel. De prime abord c’est pas forcément évident… Quand il vient nous porter secours il saute de sa bagnole en marche, comme ça l’air de rien, et elle finit de se garer toute seule un peu plus loin. Tranquille quoi. Mais qu’est-ce que c’est que ce mec ???

Cet extraterrestre c’est juste le sauveur de notre voyage. Il a deux ateliers totalement équipés et une vieille BMW K75 presque entièrement recouverte de tous les drapeaux européens qui existent… En deux temps trois mouvements il te démonte la roue arrière de PEB, pop-pop-pop pas le temps de niaiser ! Rudolf confirme avec nous le diagnostique et passe LE coup de fil qui va sauver le voyage.

30 minutes après je me retrouve dans le garage de Marko, un mécano de Zelezniki. Il regarde le porte-couronne, me demande les références. « Wait here, I come back ». Il enfourche son GSXR 650 et file à la casse du coin. Et là, j’ai pas le temps de comprendre ce qui m’arrive, je me retrouve avec la petite famille au complet qui s’occupe de moi comme si j’étais un cousin qu’on aurait perdu de vue. C’est vraiment dingue.

Evidemment, quand Marko revient il a LA pièce qu’il nous fallait. Un nouveau porte-couronne de ZX6R de 2002, complet et pour carrément pas cher du tout. J’en reviens pas ! Quand je te dis que PEB a un bon karma !

Entre Rudolf et Marko, on prend une grosse leçon d’hospitalité et de solidarité motarde. J’ai l’impression qu’en Slovénie ce ne sont pas juste des mots. Là où en France on m’a dit « revenez mercredi prochain », en Slovénie on a trouvé deux mecs qui se sont littéralement défoncés pour nous aider. Et grâce à eux on a repris la route en trois heures ! C’est complètement dingue !

On se quitte en se promettant de se revoir. J’adorerais.

Finalement, on arrive au lac Bohinjsko jezero avec quelques heures de retard… C’était à seulement 1h30 du camping. Ca nous a pris la journée pour y arriver. Mais ça valait le coup non ?

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

6 commentaires sur “Le chat noir Slovène

  1. La casse de PEB est hallucinante, enfin quand ça se finit bien comme ça ça donne de bons souvenirs et de belles histoires à raconter.

    Les photos du lac sont magnifiques !! Celles où vous faites la gueule un peu moins :-p

  2. Ouahhh, alors là chapeau, je ne sais pas ce qui m’émerveille le plus, le bol que vous avez eu ou l’incroyable gentillesse de ces Slovènes. En tout cas assurément une belle leçon d’entraide motarde, et sans doute des souvenirs impérissables

  3. Ouch! Vous auriez pu trouver d’autres moyens plus simples pour entrer en contact avec les locaux! 😉
    Heureusement, ça se termine bien. Un peu comme une douche froide quand il fait chaut: on l’apprécie surtout après!
    Bonne continuation et bonne route!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *