Allemagne+Pologne 2016 : étape 1

La première étape de mon voyage consiste à rallier Paris à Marbourg en Allemagne. J’ai deux objectifs pour cette journée : visiter le Burg Eltz, et arriver suffisamment tôt pour profiter de la soirée avec Louis.

En quittant Paris à 9 heures du matin j’ai droit à ma dose de bouchons et d’interfile, et je trace au plus vite pour sortir du béton. C’est seulement en arrivant dans les Ardennes que j’ai l’impression que les vacances ont vraiment débuté. J’espérais secrètement avoir un peu de temps pour découvrir la région par les petites routes, mais à cause des arrêts photos/vidéos le peu d’avance que j’avais y est passé.

En une demie heure je franchis deux frontières presque sans m’en apercevoir : entre la France et le Luxembourg, avant d’arriver en Allemagne. Le changement de pays est simplement signalé par un petit panneau bleu, suivi d’un grand panneau annonçant les limitations de vitesse du pays. Les viaducs et les Châteaux de la Loire sont beaucoup mieux indiqués que les frontières…
Il reste les vestiges des postes de douanes vides, limite désaffectés, et même les routes ont été refaites pour ne plus y passer. L’Union Européenne a vraiment des bons côtés…

En arrivant en Allemagne, trois choses me frappent d’emblée : il y a des éoliennes et des champs de colza partout, et… la vitesse sur autoroute est seulement “conseillée” à 130km/h! Pour ne pas passer ma vie dans les stations-essence je compte bien faire attention à ma consommation, mais hors de question de mourir idiot. Il faut que je teste l’autoroute en no limit!
Et rouler à fond en V-Strom, contrairement à ce qu’on pense, ça va quand même vite! Monter à 200km/h ça suffit pour se faire un peu peur, surtout qu’à 180 la moto commence à se dandiner à cause du top-case et du sac. Finalement je trouve ma vitesse de croisière à 140-150km/h. Conduire sans avoir les yeux rivés au compteur c’est un sacré changement… Presque reposant.

Mais la plus grande malédiction sur l’autoroute allemande c’est qu’il y a des travaux partout!!! Du coup la vitesse est souvent limitée, et ça crée des bouchons. Mais hors de question de se risquer à rouler en interfile en Allemagne, c’est pas vraiment dans la culture locale…

Vers 13h, je sors enfin de l’autoroute pour aller au Burg Eltz. C’est le moment de vérité pour mon road-book, avec les premières routes de campagne. J’y arrive sans aucun souci malgré un tout petit détour! Le Burg Eltz est vraiment magnifique et pourrait justifier à lui tout seul les 400km que je viens de faire. L’Allemagne regorge de petits châteaux plus beaux les uns que les autres, et ça pourrait faire un thème sympa de balade à la cool.

IMG_2382

Après la visite, il est temps de reprendre la route pour arriver à l’heure à l’apéro chez Louis. Mais à 10km de l’arrivée, je commence à trouver ma manette d’embrayage un peu lâche au point de ne plus pouvoir embrayer… Tant que je roule ça va, mais au premier stop en sortant de l’autoroute ça risque de devenir très vite problématique!
Tout me passe par la tête, c’est la panique! J’imagine déjà que c’est la fin du périple, et que je vais rentrer en bus et laisser ma moto en Allemagne… En sortant de l’autoroute je m’aperçois qu’il reste juste assez de course dans la manette d’embrayage pour faire jouer le point de patinage. Je réussis donc à rouler tant bien que mal. A cause (ou peut-être grâce) à la panique, je rate une intersection et j’arrive devant une station service avec un petit rayon mécanique. Au final, il manquait simplement du liquide DOT4 dans le bocal. J’ai fait mon boulet en oubliant de vérifier ça avant de partir, tout simplement.
Vu que je suis totalement stressé et que j’ai commencé à « vloguer » depuis quelques heures seulement, la caméra ne fait pas encore partie de ma routine. Vous auriez pu voir ma tronche déconfite, et mon bricolage à l’arrache sur un bout de trottoir! Mais là j’ai merdé : j’ai oublié de filmer ce grand moment de solitude.

Ce détour me permet donc de bricoler la moto tranquillement, mais c’est aussi l’inauguration du Compteur de la Perdition! Je viens de me perdre pour la première fois!

J’appelle Louis à l’aide et il vient me chercher avec son mini-van, prêt à charger ma moto! Mais heureusement, je règle mon problème en cinq minutes et peux rouler jusqu’à chez lui. On passe une excellente soirée à parler moto et voyages tout en se pétant le bide avec un pâté artisanal de malade, fait chez nous en Gironde, et en buvant quelques bières locales.

IMG_2409Louis c’est un mec en or et un motard passionnant! Il bosse chez SW Motech, et je l’ai rencontré au Salon de la Moto à Paris. On avait passé plus d’une heure à parler de voyages, et sur le sujet Louis est plutôt intarissable : il a roulé sur la plupart des routes d’Europe avec sa KTM Adventure. Il a même traversé l’Alaska, et vadrouillé tout autour du globe… En plus c’est un Girondin, donc c’est forcément quelqu’un de bien!

Quand la fatigue finit par me faucher, je m’effondre sur le lit mais ne réussis pas à m’endormir tout de suite. La première journée était déjà chargée en souvenirs et en émotions, et je suis surexcité parce que ce n’était que le début… Le lendemain je dois rejoindre Berlin et passer 4 jours de grand n’importe quoi avec mes potes!

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *