Allemagne+Pologne 2016 : étape 5

Avant-dernière étape du trip : départ de Karlovy Vary et direction Strasbourg pour passer la soirée avec l’excellentissime Botan. Au fil de la journée mon planning part totalement en vrille, mais c’est finalement une excellente chose!!!

IMG_2565Quand le réveil sonne, j’ai un mal de chien à me sortir de lit. L’étape de la veille (900km, et plus de 12h de moto) m’a totalement épuisé et je sens que les deux derniers jours de voyage vont être très rudes…
En sortant de Karlovy Vary, les paysages sont purement sublimes et je me retrouve vite dans un décor totalement hors du temps : la route serpente le long de la vallée de la Tapla, une petite rivière au milieu de la forêt, et les premiers rayons de soleil percent à travers les pins gigantesques. J’en prends plein les yeux, et j’ai envie de mitrailler de photos mais impossible de trouver un endroit pour m’arrêter en sécurité… Ce n’est qu’à la sortie que je peux enfin faire une petite photo, déjà bien sympa mais à des années lumières de ce que je viens de traverser…

Les panneaux étant ce qu’ils sont en République Tchèque, rajoutez-y une zone de travaux sur le parcours, une déviation mal indiquée, et il n’en faut pas plus pour que je me perde pour la première fois de la journée. 7ème clic au compteur… En continuant vers l’Allemagne, je traverse une succession de petits villages qui se rapprochent progressivement de l’architecture allemande. Si mon voyage m’a appris une chose c’est bien que les frontières ne sont pas aussi brutales qu’on pourrait le penser, et traverser l’Europe n’est qu’une lente transition entre l’influence latine, germanique, et slave.

Mon roadbook du jour doit me faire traverser l’Allemagne en traçant direction sud-ouest, jusqu’à la Forêt Noire. Pour économiser une bonne heure de route et faire un bond de 100km, je contourne Nuremberg par l’autoroute.
Mais gros problème : l’enfer existe, et c’est cette satanée autoroute allemande bourrée de travaux! La bretelle où je dois tourner est fermée… En m’arrêtant pour regarder la carte, je n’ai aucune idée de l’endroit où je me trouve. 8ème clic. Je finis par trouver un moyen de faire demi-tour, mais je me perds à nouveau à cause des travaux. 9ème clic. Je finis par retrouver la bonne route et il ne me reste que 15km d’autoroute avant de retourner sur les routes de campagne, c’est pas la mer à boire si?… Bah tiens! Boum, encore une sortie fermée!!! 10ème clic. 

Si je fais demi-tour à la prochaine sortie, et tous mes soucis seront réglés n’est-ce pas? IMG_2573Sur la papier c’est effectivement un bon plan, sauf que la sortie suivante est annoncée à… 60km!… Faire un détour de 120km juste pour suivre un roadbook dont je suis en train de devenir prisonnier, non merci! C’en est trop. Un panneau m’annonce Stuttgart à 160km, et j’ai l’idée qui va sauver ma journée : tracer sur l’autoroute le plus vite possible jusqu’à Pforzheim, et arriver au pied de la Forêt Noire. Je devais simplement la traverser en fin de journée, et la perspective d’y passer toute l’après-midi me redonne enfin le sourire.

Et c’était une des meilleures idées du voyage! La Forêt Noire est réputée pour être un sanctuaire de motards, mais je ne m’attendais pas à ce point! On était encore en pleine semaine, et pourtant je crois que je n’ai jamais croisé autant de motards de ma vie sur les routes. Avant de partir, j’avais pris soin d’imprimer une carte détaillée de la Forêt Noire au cas où, et je navigue presque à l’aveugle avec un critère simplissime : choisir les routes qui zigzaguent le plus!
Ca faisait une éternité que je n’avais pas passé une après-midi aussi géniale à moto! J’enchaîne les ascensions, les épingles, et les cols. Même les mini-embouteillages créés par le camping-car de papy sont un jeu d’enfant pour le moteur du V-Strom… 
Ma moto c’est peut-être pas la plus rapide, ni la plus sexy, mais elle a un couple de camion et elle me bluffe complètement. Elle se balade littéralement sur les routes de la Forêt Noire, et je prends un pied monstrueux!

IMG_2635L’après-midi défile à une vitesse hallucinante, et il est déjà l’heure d’aller rejoindre Botan à Strasbourg. On ne s’était parlé que par clavier interposé jusqu’à présent, mais ça ne nous a pas empêché de passer une soirée binouse-burger hyper sympa. La fatigue accumulée du voyage commence à vraiment à me peser, c’est le seul point noir de cette soirée avec Botan. C’est un mec aussi génial et pétillant que ses dessins, tellement généreux qu’il n’a pas hésité une seconde à m’ouvrir sa porte pour m’héberger. J’ai même droit à une visite guidée de nuit du centre-ville de Strasbourg, qui se conclue par une petite séance d’échangisme motard : j’ai pu essayer le XT de Botan, qui a son caractère bien à lui et le cul qui se dandine dans les virages! Avant que je ne reparte le samedi matin, on remet ça pour pouvoir faire quelques photos à la lumière du jour.

Botan m’a fait l’honneur de dessiner mon tour d’essai sur son XTE (le dessin trop cool super génial en en-tête de cet article) et il m’a aussi gratifié d’un petit certificat, indispensable sinon ma copine ne m’aurait jamais cru :

20160531_134950

[envira-gallery id= »5171″]

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *