Allemagne+Pologne 2016 : étape 4

850km pour traverser la Pologne du nord au sud, et aller dormir à Karlovy Vary en République Tchèque. Aujourd’hui, je teste mes limites!

A 6h30 pétantes et sans même prendre un petit déj, je quitte l’hôtel avec un seul objectif en tête : arriver à destination avant la nuit. J’ai décidé de m’enfoncer un peu plus dans la campagne et de m’éloigner autant que possible des axes principaux mais pour optimiser mon temps, je dois faire quelques bonds en passant par l’autoroute.

Mon roadbook s’est construit un peu à l’aveuglette, vu que je ne connaissais absolument rien de la Pologne, mais le résultat est pas si mal : il me fait passer par des petits coins de forêt, avec des lacs sympa. J’ai de la place pour doubler, et les kilomètres défilent assez vite. J’en viendrais presque à changer d’avis sur les routes polonaises… Mais même les petites routes portent les marques d’un flot incessant de camions, à tel point que des ornières se sont creusées dans le bitume… C’est la première fois que je vois ça, et c’est la pire des surprises possibles en plein virage! Il y a quelques jours, un de mes lecteurs (@Le_zOU sur twitter) m’a expliqué que ces ornières sont annoncées par un panneau « koleiny », mais quand je suis parti je n’en savais rien…

Escorté jusqu au distruteur
Escorté jusqu’au distributeur

Et vous vous souvenez du problème avec les limitations de vitesse en Pologne, que j’évoquais dans l’article précédent? Et bien ce qui devait arriver arriva.
En redémarrant après un stop je m’élance gentiment… enfin peut-être pas tant que ça visiblement… Boum! Un uniforme surgit de nulle part se plante au milieu de la route, et me fait des signes comme si j’étais un Boeing 747 arrivé en bout de piste! Je reste serein… jusqu’à ce que je vois le radar dans sa main. Je n’ai aucune idée de la vitesse à laquelle je roulais, mais pas besoin d’être un génie pour comprendre que c’était visiblement trop et ça sent pas bon du tout…

“Francuski? Speak English? (- « Yes ») How much Polish money do you have? Do you have euros?”. Pas besoin de me faire un dessin : ce flic veut un bakchich… mais c’est hors de question! Connaissant la procédure européenne en cas de verbalisation d’un étranger, je ne me démonte pas : il doit me faire payer sur place, me donner un reçu, et il le sait.
Ma réaction ne lui plaît visiblement pas du tout. Il insiste, mais je ne lâche rien… et j’ai raison. Finalement cette histoire me coûte l’équivalent de 60 euros (avec reçu officiel). Mais ce qui m’énerve ce n’est pas de m’être fait verbaliser pour une infraction que j’ai bel et bien commise, c’est que le flic ait essayé de me racketter…

Après cet épisode, qui m’aura fait perdre pas loin d’une heure, je suis tellement furieux et vexé que je n’ai plus qu’une idée en tête : me casser de Pologne au plus vite.

vlcsnap-2016-05-26-00h07m32s111Mon itinéraire me fait faire un crochet d’une vingtaine de kilomètres en Allemagne, que j’accueille comme une grande bouffée d’air frais. Mais juste avant de passer la frontière je me plante de direction dans un rond-point. 5ème clic.
Une fois sorti de Pologne je commence à croiser pas mal de motards, ce qui est généralement très bon signe… Et ça ne loupe pas : les routes jusqu’en République Tchèque suivent une petite vallée bien viroleuse! Mes pneus sont encore engourdis après les routes polonaises et la première épingle est un véritable supplice, mais au final je réussis à choper des trajectoires pas trop dégueu…

C’est la première fois de ma vie que je mets les pieds en République Tchèque, et je découvre que la signalisation routière est plutôt… basique… Je me plante dès la première intersection, dans le tout premier village que je traverse! 6ème clic.

Mon roadbook me fait traverser presque tout le pays par le nord en empruntant uniquement par les petites routes, au milieu des collines. J’accroche immédiatement avec l’architecture slave des villages, je suis complètement dépaysé! Même le bitume a du caractère. Il se passe des trucs sous mes pneus et ça me plait!
Je voulais absolument passer par la République Tchèque et c’est encore mieux que ce à quoi je m’attendais! C’est une vrai surprise.

Mon objectif est finalement atteint et j’arrive à Karlovy Vary vers 19h. La ville est vraiment magnifique mais j’ai à peine le temps de jouer les touristes… Avec cette énorme étape j’ai beaucoup trop pompé dans mes réserves et je suis épuisé. A 22h00 je m’effondre : plus de son, plus d’image!

J’ai vraiment eu les yeux plus gros que le ventre. Et ce qui me fait peur c’est que mon roadbook pour le lendemain est de la même trempe…

[envira-gallery id= »5105″]

Si tu aimes, partage !

Encore un peu de lecture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *